• On avait laissé Lina et Elena dans leurs nouvelles vies, l’une ayant choisi de quitter son mari, l’autre de se lancer dans des études supérieures. Dans cette 3° partie, on les retrouve dans l’Italie sombre des années 60-70, où la violence est toujours présente. Elena continue de fuir Naples pour fréquenter le milieu intellectuel de Florence : Lila elle, à sa façon est une femme libérée assurant totalement sa vie d’ouvrière, quoique… mais dans ce 3° volume c’est aussi le cadre du mouvement des étudiants, des revendications sociales, de l’émancipation féminine. Elena se mariera avec Pietro, Lilla s’implique dans des cours d’informatique, puis informatisera avec Enzo une société de Solare, le chef de la camorra du quartier. Ce 3° tome est dans la digne lignée des 2 précédents, passionnant autour du destin de ces 2 amies aux trajectoires divergentes. Vivement le dernier volet.


  • 19 janvier 2017

    Tandis que Lila, séparée de son mari, travaille dans une usine, Helena, désormais fiancée, publie un roman qui rencontre le succès. Nous sommes à la fin des années 60 et la contestation étudiante fait grand bruit. Helena par le biais de sa future belle-soeur rencontre des féministes mais retrouve aussi d'anciennes connaissances de son quartier devenus syndicalistes ou meneurs.

    Dans ce tome 3, l'accent est mis sur la politique et les affrontements. Elena évolue dans des milieux aisé à Florence loin de Naples et de sa famille, et elle s'interroge sur le tournant qu'a pris sa vie. Mais l'amitié avec toutes ses contradictions qui l'unie à Lila demeure avec des hauts et des bas.

    Elena Ferrante n'a pas son pareil pour nous immerger dans la vie de ses deux héroïnes. Avec une écriture très visuelle pour explorer ce contexte social. J'ai cependant pris moins de plaisir à lire ce nouveau tome à cause de quelques redites et de quelques longueurs


  • par (Libraire)
    16 janvier 2017

    on aime

    On retrouve avec plaisir les acteurs découverts lors des précédents tomes.
    L'atmosphère de l'Italie, de Naples où ils sont nés.
    On les a vu enfants, adolescents et maintenant jeunes adultes à travers un monde en changement.


  • 12 janvier 2017

    Italie, années 70

    Quel plaisir de retrouver Lila et Linù que tout oppose, si ce n’est une amitié indéfectible et qui sera mise à rude épreuve dans ce troisième roman.
    Une toile de fond plus politique, puisque l’Italie traverse une crise majeure dans ces années 70.
    Si Lila semble trouver un équilibre au fil du roman, Linù, en revanche va faire basculer sa vie en s’amourachant de Nino, devenu un collègue de son mari.
    Même si les deux héroïnes tentent de s’arracher à leur quartier natal, il est triste de constater qu’elles y retournent inlassablement pour trouver des solutions à leurs problèmes.
    Linù ne pouvant écrire un second roman, se passionne pour l’histoire des femmes à travers les siècles.
    Celle qui fuit et celle qui reste ne sont pas forcément celle à qui l’on pense de prime abord.
    Il me tarde de retrouver ces deux personnages haut en couleur dans le dernier opus de la série.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Lila négligeant sa santé pour apprendre toujours plus.

    http://alexmotamots.fr/?p=2501