Dans les angles morts

Dans les angles morts

Elizabeth Brundage

Le Livre de Poche

  • par (Libraire)
    7 février 2019

    Terrifiant, glaçant, prenant !

    La noirceur de l'âme humaine dans toute son incarnation.
    Ou lorsque le meurtre d'une femme plonge le lecteur dans son passé, son entourage, sa famille et sa maison...

    À découvrir !


  • 27 janvier 2019

    Lu et approuvé par Stephen King !

    Stephen King a parlé avec enthousiasme du roman d’Elizabeth Brundage et si Hitchcock était encore de ce monde, il s’en serait emparé illico pour l’adapter au cinéma, séduit par l’ambiguïté des personnages. L’intrigue se déroule dans une ferme, le lieu de deux tragédies : le suicide d’un couple de fermiers qui n’arrivait plus à joindre les deux bouts, laissant trois jeunes hommes orphelins et une montagne de dettes. Puis l’assassinat de Catherine, dont la jeune existence n’a été, à part la naissance de Franny, qu’une suite de désillusions. Lorsqu’elle s’est retrouvée enceinte, quelques années plus tôt, elle a refusé d’avorter par conviction religieuse. Alors George s’est senti piégé, obligé de l’épouser, et il le lui a fait payer. Le prix fort. Pour lui, elle a sacrifié sa carrière, accepté de quitter New York pour habiter dans cette bâtisse désertée, hantée, bradée. Et la voici aujourd’hui couchée sur son lit, avec une hache dans la tête. George est un homme sans scrupules, prêt à tout pour arriver à ses fins et que la police soupçonne rapidement du meurtre. Mais il n’y a que des présomptions, aucune preuve. L’auteure passe au crible leur vie commune, leur relation sordide, puis elle suit George et Franny après la mort de Catherine. Contrairement aux apparences et même s’il en suit quelques-uns des code, « Dans les angles morts » n’est pas un thriller, mais un récit sur les mauvais choix qui vous font passer à côté de votre vie et vont même jusqu’à vous l’enlever, un livre traversé par une tension qui ne faiblit jamais.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    21 janvier 2019

    Le personnage principal de cette histoire est sans aucun doute la maison, ancienne ferme laitière dont les propriétaires ont fait faillite, bâtie en rase campagne à la merci des vents, dans la banlieue lointaine de New-York, habitée par un couple de New-Yorkais, installés là avec leur petite fille de 3 ans. Elizabeth Brundage ne nous cache rien du drame tragique qui vient de s’y produire : Catherine Clare est morte, assassinée d’un coup de hache dans la tête, alors qu’elle dormait dans son lit… Avec ses multiples personnages, ces voix qui tiennent toutes à donner leur avis sur cette affaire, ce roman noir nous entraîne à travers les époques et nous permet peu à peu d’y voir plus clair : qui était Catherine, quel genre de couple formait-elle avec George, qu’est-il arrivé aux anciens propriétaires de la maison ? Savamment construit, avec une écriture d’une finesse redoutable, Dans les angles morts vous happera jusqu’à la dernière page !