Le Monde horizontal

Le Monde horizontal

Remaury, Bruno

José Corti

  • par (Libraire)
    25 novembre 2019

    L'être au sein du monde

    C'est une déambulation dans le temps de l'humanité qui dit les êtres.
    Du plus loin qu'est perçue, sue et étudiée l'humanité, de tout le chemin qu'elle a parcouru, un élément immuable, fondateur à être au monde, la caractérise : la peur.
    La peur, tapie au fond des grottes, dans l'océan, dans la forêt, dans les étendues vastes ou dans le coeur des villes.
    La peur qui immanquablement habite les êtres, est inhérente à la condition humaine même.
    Ici, des destins connus ou inconnus, sont contés par l'auteur.
    Et tous ces êtres qui ont fait et font l'histoire qu'elle soit petite ou " grande" se dévoilent à nous du regard de l'auteur.
    L'auteur offre à percevoir, à saisir les êtres dans leur rapport au monde, qualifié de vertical au tous premiers temps des Dieux, vers celui horizontal, de la civilisation qui se déploie.
    L'individu, au coeur de tout cela, n'est que détresse.
    Cette détresse est constitutive du questionnement perpétuel à pouvoir seulement vivre à l'intérieur du monde, comme si chacun y était perdu, y cherchait sa place sans jamais la trouver vraiment.
    C'est un livre déstabilisant, au récit fluide et de toute beauté, parfaitement articulé, qui pose le questionnement de la peur qui nous habite, moteur de notre être au monde, tellement vaste et effrayant.


  • 15 septembre 2019

    **" Le monde horizontal " de Bruno Remaury**
    **est le coup de coeur de La Maison du livre à Rodez
    [ dans le q u o i  l i r e ? #80](https://www.onlalu.com/2019/09/10/quoi-
    lire-80-coup-de-coeur-libraires-47762?overlay=maisondulivrederodez)**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    22 août 2019

    Un sublime premier roman de la rentrée, lu et adoré par toute l'équipe !!

    À découvrir !


  • par (Libraire)
    17 août 2019

    Inclassable

    Évocateur et précis, ce texte inclassable, composé comme un ensemble de chroniques, comme des couches narratives successives subtilement reliées les unes aux autres, évoque depuis l'homme des cavernes à nos jours le passage d'une vision verticale et temporelle du monde à une perception géographique et horizontale. C'est inattendu, surprenant, ciselé et passionnant. L'auteur agence, relie, crée des liens entre les différentes époques et les personnages, anonymes et connus, qui se succèdent, s'entremêlent et se répondent dans de courtes histoires aussi étourdissantes que signifiantes pour dire, montrer, donner à voir, à entendre, à découvrir cette transformation du monde ou comment « une vision mythologique de l'espace a remplacé une vision mystique du temps ».