Une femme en contre-jour, Roman

Gaëlle Josse

J'ai Lu

  • par (Libraire)
    4 août 2021

    Coup de coeur de Jacky

    Vivian Maier... Un beau mystère, un bien étrange et troublant destin que celui de cette femme qui maîtrisait aussi bien l'art de l'effacement que celui de la photographie. un texte absolument splendide, profondément émouvant, une écriture au plus près de l'émotion et d'une envoûtante générosité.


  • par (Libraire)
    26 juin 2021

    Gaëlle Josse dévoile une part de l'histoire de Vivian Maier, énigmatique nourrice pour enfants et - surtout ? - photographe humaniste reconnue post mortem. Un récit qui vous laisse ému et perplexe sur cette femme farouchement indépendante et à l'intelligence insaisissable, qui vivait avant tout pour son art.


  • 14 novembre 2020

    Une femme en contre-jour

    Cette femme en contre-jour que Gaëlle Josse tente subtilement de saisir dans son court récit c'est Vivian Maier.
    Si elle est aujourd'hui reconnue comme un génie de la photographie, bien des interrogations demeurent à son sujet.
    Née en 1926 à New York dans une famille plus que défaillante, ballottée entre les États-unis et la France, sans ancrage, Vivian trouve très vite refuge dans la rue, plus hospitalière à ses yeux que son propre foyer. Un Rolleiflex autour du cou, elle arpente, solitaire, le bitume de New York ou Chicago. Pendant des décennies, grâce à son objectif, elle fixera le regard des exclus, des infirmes, des abandonnés du rêve américain. Comment expliquer ce besoin, telle une ombre, de disparaître au milieu de ces visages pour mieux en révéler toute leurs détresses? Peut-être au fond leur ressemble-t-elle... Vivian qui ne dira rien de ses blessures intimes finira sa vie en recluse, sans n'avoir jamais cherché à développer ou montrer le fruit de son travail. Cent mille clichés qui auraient donc dû disparaître au fond d'un garde-meuble mais le destin en a voulu autrement...


  • 5 novembre 2020

    À sa mort en 2009, Vivian Maier, nourrice à Chicago et photographe autodidacte à laissé des cartons remplis de photos. John Maloof achète par hasard ses boîtes d'archives et se consacre à faire connaître l'immense œuvre de cette artiste. Gaëlle Josse aborde le mystère Vivian Maier dans son nouveau roman. Elle y dépeint une vie de solitude, de pauvreté, de lourds secrets familiaux; une personnalité complexe voir déroutante... L'auteur nous livre un portrait d'une femme de génie, au talent reconnu bien trop tard...

    Conseillé par Chloë & Marie


  • 15 octobre 2020

    Vivian Maier, 1926-2009, nourrice-photographe. Inconnue de son vivant. Gaëlle Josse, avec ses mots qui sculptent les visages et les vies, rend un hommage délicat à cette femme morte dans l’anonymat et le dénuement. Elle révèle une femme énigmatique, ambivalente, terriblement indépendante, qui engrangea des milliers de clichés pris dans les rues de Chicago, et découverts après sa mort. Elle met en lumière une existence toute entière vouée à la photo, photos des autres, gueules de misère e ou mines pincées de bourgeois, prises sur le vif, où l’on ressent encore le souffle et le mouvement , l’angoisse, la surprise, le tourment qui habitaient les « modèles » quand l’artiste a actionné le déclencheur et saisi la vie même. Pas une passion, un sixième sens, un prolongement d’elle-même.