L'ami arménien

L'ami arménien

Andreï Makine

Grasset

  • par (Libraire)
    16 février 2021

    Beau, triste et envoûtant

    Lire Andréï Makine, c'est plonger dans une forme de classicisme. Dans son écriture bien sûr, belle, triste et envoûtante. C'est aussi aller à l'essentiel, retrouver ce qu'il y a de beauté et d'amour dans ce monde.
    Un magnifique roman.


  • par (Libraire)
    30 janvier 2021

    Une amitié de jeunesse profonde, lumineuse, inoubliable.
    Et un "royaume d'Arménie" peuplé de déracinés qui sont autant de figures exceptionnelles et humble à la fois.
    Un excellent roman.


  • par (Libraire)
    25 janvier 2021

    On retrouve Makine au temps de son adolescence au cœur de la Sibérie. A treize ans, il est élève d'un orphelinat où la violence règne parmi les pensionnaires et où la survie est l'unique horizon. Le narrateur y fait pourtant la connaissance d'un jeune garçon différent, Vardan, doux mais résolu, porteur d'un mystère. S'il refuse l'ordre des choses c'est qu'il appartient au quartier du Bout du Diable où vit la communauté arménienne, persécutée par le pouvoir soviétique. Vardan et les siens attendent le verdict du procès qui doit les condamner au Goulag. Ils ont chevillé en eux une résistance têtue, qui se dévoile au narrateur au fil des jours passés dans ce coin d'Arménie. Cette amitié courte dans le temps mais profonde marque à jamais le narrateur, imprime l'idée qu'il se fait de la dignité. Makine retrace cette adolescence tragique avec la force d'un récit d'une simplicité bouleversante. Des mots qui se placent à la bonne hauteur pour rendre hommage à ceux qu'il a connus, aimés et perdus. Un grand Makine.


  • par (Libraire)
    23 janvier 2021

    Magnifique ode à l'amitié.

    Vardan, est en Russie pour un temps limité. En effet, vivant en Arménie, il est citoyen de l'URSS et ses proches, en détention provisoire pour avoir manifesté, sont exilés en Sibérie pour être jugés par un tribunal non-Arménien, plus "neutre".

    C'est dans cet exil qu'ils se rencontrent. Andreï est un adolescent orphelin et moqué pour cette raison, Vardan est chétif, différent physiquement et mentalement: il a toujours l'air absent, il est rêveur... Un jour, lorsque Vardan se fait agresser par ses camarades de classe, Andreï le défend.
    Pour le remercier, il l'invite alors dans son quartier Arménien. Andreï y découvre toute une culture qu'il méconnaissait. Il se sent à sa place. Vardan devient presque son frère et il seront prêt à tout l'un pour l'autre.

    Jusqu'à ce qu'il soit temps de repartir…

    Andreï Makine nous livre un roman intense sur l'amitié incandescente et sur la fraternité. Avec sa plume simple, juste, fine et littéraire, nous nous laissons transporter dans les villages de Sibérie et nous apprécions une nouvelle notion du temps et de l'espace. Nous découvrons aussi, et surtout, un petit bout de l'histoire d'un peuple persécuté.


  • par (Libraire)
    22 janvier 2021

    Le royaume d'Arménie

    Un roman magnifique où Andreï Makine nous emmène sur les paysages de sa jeunesse, en Sibérie, où il fait la rencontre du jeune Vardan. Grâce à cette amitié, il va découvrir cette communauté arménienne à 5000km de chez eux, ces exilés, ces hommes et ces femmes, condamnés pour avoir voulu être libre. La langue de l'auteur est un véritable bonheur.


  • par (Libraire)
    21 janvier 2021

    Classique et poétique

    Evocation d'une amitié dans la Sibérie des années 70.
    A travers les souvenirs de sa jeunesse, A.Makine , dans un style classique et poétique nous donne à voir la beauté du monde quand l'homme réussit à se hisser au-dessus de ses propres bassesses.
    Emouvant de justesse.


  • par (Libraire)
    6 janvier 2021

    Quel plaisir de retrouver l'art de conteur de Andreï Makine.
    En nous narrant une belle histoire d'amitié entre un orphelin russe et un jeune Arménien, l'Académicien évoque avec profondeur et justesse ce peuple déraciné de son Caucase, vivant dans une histoire qui les a brimés.
    Une sublime définition du mot "humaniste".