La maison de thé

La maison de thé

Jacques Tournier

Seuil

  • par
    3 octobre 2011

    Un moment de bonheur

    J’ai lu ce bref roman comme j’aurais dégusté une tasse de thé dans une salon plein de charme en égrenant mes meilleurs souvenirs avec une amie chère.
    Dans « La maison de thé », rendez-vous est donné à des personnages mythiques, légendes vivantes de la première moitié du XXe siècle.
    Jacques Tournier les fait revivre pour le plus grand bonheur du lecteur et d’Hugo, petit-garçon âgé de 6 ans.
    L’auteur, que le lecteur imagine dans le rôle du grand-père à l’aube de sa vie, partage avec Hugo les souvenirs d’une vie jalonnée de rencontres exceptionnelles qui l’ont profondément marqué.
    Et la promenade dans le passé de l’auteur permet de rencontrer dans l’univers de la peinture Vittore Carpaccio, Toulouse-Lautrec et Chardin et dans le domaine musical, les chanteuses Barbara et Pauline Viardo ainsi que Chopin associé immanquablement à George Sand et à Nohant.
    Il fait un détour par le théâtre pour évoquer Gérard Philippe, Yvonne Printemps, Pierre Fresnay et Suzanne Flon.
    Mais, il semble s’attarder particulièrement sur les romanciers Francis Scott Fitzgerald et Carson McCullers, avec laquelle il a partagé de longs moments de sa vie car il en a été le traducteur.
    Cette lecture m’a procuré un moment de bonheur partagé avec Hugo.