Celui qui veille

Louise Erdrich

Albin Michel

  • par (Libraire)
    14 janvier 2022

    Conseillé par Coralie

    Dans les années 50, aux Etats-Unis, une proposition de loi apparaît, prônant l'indépendance des autochtones et leur autonomie au sein de l'Amérique. Cependant, à la lecture du texte, les changements annoncés montrent en réalité une volonté de dissoudre les peuples amérindiens à travers le territoire pour mieux récupérer leurs terres afin que les hommes blancs se les approprient.
    Dans "Celui qui veille", Louise Erdrich raconte l'histoire de son aïeul, et explique ce projet de loi méconnu qu'est la termination. Sous couvert de libération des amérindiens, cette loi signait l'abandon de protection de ces populations. Thomas Wazhashk incarne la figure du grand-père de l'autrice. Un homme qui s'est battu contre cette justice pour protéger les Indiens Chippewas de Turtle Mountain.
    Thomas Wazhashk est veilleur de nuit, il surveille l'usine de pierres d'horlogerie qui s'est installée près de la réserve. Cette entreprise emploie de nombreuses femmes Chippewas en raison de leur dextérité mais aussi parce qu'elles travaillent sans relâche pour un faible salaire. Pour Thomas, les rondes de nuit sont peuplées de fantômes et de souvenirs, de croyances et de songes.
    Autour de ce personnage central gravitent plusieurs autres figures : Pixie, sa nièce, est partagée entre son désir de conserver les traditions et son envie de partir étudier en ville. Lors d'un périple inattendu à la recherche de sa sœur, elle va découvrir les affres de la civilisation moderne et se confronter à la diversité des rencontres qu'elle y fera.
    À proximité de la tribu, il y a aussi un jeune professeur de mathématiques blanc, coach de boxe le soir, qui va voir passer de nombreux combattants et découvrir grâce à eux toute l'histoire de la communauté.
    Ce roman polyphonique met en scène de nombreux individus aussi différents qu'ambivalents. C'est là la grande force de ses personnages : ils sont le cœur de cette Amérique contemporaine, ils sont l'histoire de ce pays, des hommes et des femmes qui ont construit, ont souffert et se sont battus pour continuer à exister.
    Louise Erdrich continue, à travers ce texte, l'exploration de la tradition, le questionnement du lien des autochtones avec le monde contemporain. Forte des thèmes qui lui sont chers, elle réussit, une nouvelle fois, à unir le lecteur à sa voix, à celle des natifs d'Amérique.
    Une chronique rédigée par Coralie Sécher pour la revue Page des libraires.


  • par (Libraire)
    7 janvier 2022

    Un cri déchirant

    Thomas est celui qui veille : dans l’usine où il travaille, la nuit est son domaine.

    Veilleur de nuit, l’homme se fait aussi gardien des siens, les indiens Chippewas.
    Nous somme en 1953 aux Etats-Unis  et de nouveaux accords politiques menacent d’exproprier les Chippewas au nom d’une assimilation forcée.
    Inlassablement, Thomas écrit des lettres au gouvernement pour trouver une solution tandis que dans la Réserve, sa nièce préfère une liberté bien plus furieuse et sauvage,…

    Un roman hommage à ceux qui se battent contre l’injustice sans cesser d’aimer les hommes mais aussi, pour Louise Erdrich, un roman hommage à son grand-père, l'homme qui veille. Magnifique et puissant, plusieurs voix s'élèvent dans cette Amérique riche et égoïste pour lui rappeler de ne pas oublier ses Enfants...


  • par (Libraire)
    7 janvier 2022

    Un témoignage touchant et instructif !

    Dans le Dakota du Nord, en 1953, Thomas, veilleur de nuit dans une usine de pierres d’horlogerie où travaille une majorité d’employés issus de la Réserve indienne de Turtle Mountain, s’engage dans la lutte contre une loi sur l'assimilation visant à supprimer les tribus comme entités collectives, dans la tradition d’appropriation de leurs terres. Au sein de cette Réserve, on assiste à l’errance, au sens propre et figuré de nombreux personnages, à la recherche d’une vie douce, pleine et en harmonie avec leur culture, sur les terres de leurs ancêtres, sous la bienveillance des esprits et des fantômes. Ce roman, inspiré par la vie du grand-père de l’auteure qui appartenait à la 1ère génération née sur cette réserve et qui a lutté pour une dynamique d’auto-détermination des peuples autochtones, aborde de nombreuses questions telles que le statut des Indiens, la place des femmes, la gangrène de l’alcoolisme, la violence sociale et économique et la lutte pour le droit à la conservation des terres ancestrales. La plume bienveillante de l’auteure nous rend attachants chacun des protagonistes, engagés à la fois dans un combat personnel et collectif sous le signe de la dignité et de la reconnaissance. Un témoignage touchant et instructif !


  • par (Libraire)
    6 janvier 2022

    Pour ne pas oublier la politique dévastatrice américaine à l'encontre des amérindiens, Louise Erdrich livre ici un roman magistral. Elle y met en lumière ce que l'on appelle la "termination", cette politique visant à "assimiler" les Indiens. En fait à les spolier encore davantage sans leur laisser le choix...
    Le personnage central, Thomas Wazhashk est directement inspiré de la vie de son grand-père maternel, président du conseil tribal d'alors, qui mena une lutte acharnée contre ces dispositions iniques.
    Pour le reste, les personnages relèvent de l’imaginaire de l’auteure.
    On retiendra l'autre figure emblématique imaginaire cette fois, celle de Patrice Paranteau, seule femme de sa famille à exercer un métier de "blanc" et à subvenir à leurs besoins. Déterminée et d'une force de caractère sans égale, elle rejoindra Thomas dans sa lutte.
    Et puis sans oublier tous les autres protagonistes de cette fresque puissante, qui n’auront de cesse de s'imposer, chacun à leur manière.
    D'une écriture précise et fluide, Louise Erdrich nous entraîne dans une lecture captivante et ô combien édifiante.