Crossed

Lapham, David / Hine, David / Burrows, Jacen / Duarte / Vienna

Panini

  • 12 février 2015

    Chronique

    Initiée en 2008 par le génial Garth Ennis (Preacher, The Boys…), la série comporte aujourd’hui plus de 150 épisodes et se découpe en plusieurs parties :

    Crossed : 10 épisodes
    Crossed – Valeurs familiales (Family values) : 7 épisodes
    Crossed – Psychopathe (Psychopath) : 7 épisodes
    Crossed – Terres maudites (Badlands) : 56 épisodes à ce jour
    Crossed – Si tu voyais ça (Wish You Were Here) : épisodes issus du webcomic disponible ici, 84 épisodes à ce jour

    Il existe également une web-série intitulée Crossed – Dead or alive, en cours de financement participatif.

    La population mondiale est touchée par une infection inconnue ayant pour effet d’exacerber les instincts primitifs. Pour être clair, se nourrir et se reproduire. Dépourvus de tout sens moral, d’empathie et de pudeur, les infectés, reconnaissables au stigmate en forme de croix sur le visage, laissent libre cours à leurs pulsions. Le programme des réjouissances : meurtres, mutilations, viols, cannibalisme, …

    Au fil des épisodes, nous allons suivre plusieurs rescapés qui vont tant bien que mal tenter d’échapper aux hordes d’infectés. Rien de bien original et le parallèle avec Walking Dead est facile à faire. Deux différences notables toutefois: l’infection se propage grâce aux fluides corporels et les histoires sont courtes. Rien ne sert de s’attacher aux personnages, ils ne feront probablement pas long feu dans ce chaos.

    Si vous arrivez malgré tout à faire abstraction des litres d’hémoglobine, des membres arrachés et de toutes les horreurs que la décence m’oblige à taire, vous vous apercevrez que les scénarios sont également très travaillés et que l’aspect psychologique est prépondérant.

    Après 6 années d’existence, cette série souvent décriée continue malgré tout son petit bonhomme de chemin. Je ne sais pas si on peut franchement parler de succès éditorial mais la série a au moins le mérite de faire parler d’elle, en bien comme en mal. Vous ne sortirez pas indemne de cette lecture qui, à l’instar de la série tv Dexter, vous rendra forcément mal à l’aise.

    Néness.

    Lire la chronique illustrée : http://www.brestenbulle.fr/?p=19687