Comme neige

Comme neige

Boncenne, Colombe

Buchet-Chastel

  • 19 août 2016

    Comme neige

    Voici un premier roman intrigant, qui joue avec le réel et la fiction, et avec la littérature et les coulisses du monde de l'édition.
    On y découvre, on y analyse plusieurs romans d’un certain Émilien Petit , on découvre ses personnages, on cherche des liens entre eux d'une œuvre à l'autre, un jeu de piste intrigant... mais dans lequel je me suis parfois un peu perdue.
    Des vrais écrivains deviennent des personnages de ce texte, Jean Philippe Toussaint, Antoine Volodine ou Olivier Rolin, et compliquent encore cette quête du vrai ou du faux.
    C'est déstabilisant mais plaisant !


  • par (Libraire)
    30 mars 2016

    Une enquête à rebondissements

    Le roman se termine à Dieppe, et à Varengeville-sur-mer, ce qui, quand on fréquente La Grande Ourse, justifierait déjà que l'on s'y arrête... Mais la vivacité du récit - une enquête à rebondissements à la recherche d'un livre - et l'élégance de l'écriture font de ce premier roman un plaisir de lecture.


  • 13 janvier 2016

    De passage avec son épouse dans une petite ville de province, Constantin Caillaud découvre par hasard un livre d’Emilien Petit. Ce dernier est son auteur préféré mais le roman intitulé "Neige noire" lui est inconnu. Il le lit et et de retour à Paris, il s’aperçoit qu’il a oublié le livre à l’hôtel. Il contacte sa maîtresse Hélène l’auteur pour lui faire part de sa trouvaille. Mais comme il ne peut lui montrer l’objet en question, Hélène croit à une plaisanterie.

    « Curieux par nature, comptable de profession et passionné de littérature », Constantin ne veut pas lâcher le morceau et s‘active à des recherches. Le roman n’est pas répertorié dans l’œuvre d’Emilien Petit. En plus, ce dernier n’a plus écrit de plusieurs années et s’est retiré de scène littéraire. Constantin écrit aux amis de l'auteur dont Jean-Philippe Toussaint, Olivier Rolin, Antoine Volodine. L’affaire prend une ampleur inattendue car chacun a son opinion et on crie à la supercherie, au scandale ou à un stratagème élaboré par Emilien Petit (afin de faire parler de lui).
    Dépassé, Constantin voit son nom écrit dans les journaux et on lui attribue la paternité de ce livre. Avec un sourire aux lèvres, on suit les (més)aventures de notre comptable plongé dans le milieu de l'édition où les pics et la jalousie ne sont jamais loin.

    Et si vous pensez trouver le fin mot de l’histoire et bien détrompez-vous car Colombe Boncenne s'amuse avec la réalité et la fiction !

    De passage avec son épouse dans une petite ville de province, Constantin Caillaud découvre par hasard un livre d’Emilien Petit. Ce dernier est son auteur préféré mais le roman intitulé "Neige noire" lui est inconnu. Il le lit et et de retour à Paris, il s’aperçoit qu’il a oublié le livre à l’hôtel. Il contacte sa maîtresse Hélène l’auteur pour lui faire part de sa trouvaille. Mais comme il ne peut lui montrer l’objet en question, Hélène croit à une plaisanterie.

    « Curieux par nature, comptable de profession et passionné de littérature », Constantin ne veut pas lâcher le morceau et s‘active à des recherches. Le roman n’est pas répertorié dans l’œuvre d’Emilien Petit. En plus, ce dernier n’a plus écrit de plusieurs années et s’est retiré de scène littéraire. Constantin écrit aux amis de l'auteur dont Jean-Philippe Toussaint, Olivier Rolin, Antoine Volodine. L’affaire prend une ampleur inattendue car chacun a son opinion et on crie à la supercherie, au scandale ou à un stratagème élaboré par Emilien Petit (afin de faire parler de lui).
    Dépassé, Constantin voit son nom écrit dans les journaux et on lui attribue la paternité de ce livre. Avec un sourire aux lèvres, on suit les (més)aventures de notre comptable plongé dans le milieu de l'édition où les pics et la jalousie ne sont jamais loin.

    Et si vous pensez trouver le fin mot de l’histoire et bien détrompez-vous car Colombe Boncenne s'amuse avec la réalité et la fiction !