Chauvet-Pont d'Arc, l'inappropriable
EAN13
9782365110952
Dimensions
32 x 24 x 3 cm
Poids
1644 g

Chauvet-Pont d'Arc, l'inappropriable

Dallaporta, Raphaël

Xavier Barral

Offres

Éditions Xavier Barral -
Chauvet – Pnt d’Arc, l’inappropriable
Raphaël Dallaporta

Photographies
Raphaël Dallaporta
Textes
- Marie Bardisa, conservatrice de la grotte
- Jean-Paul Curnier, philosophe
- Laurent Le Bon, directeur du musée Picasso
- Jean-Jacques Delannoye, géomorphologue
- Jean Clottes, préhistorien
Fiche technique
2 livres reliés à la japonaise

La grotte Chauvet
Depuis dix ans, Raphaël Dallaporta fonde sa démarche sur une approche scientifique. Il met en place des protocoles de prise de vue dont la rigueur lui permet d’extraire la photographie de son statut purement documentaire et de convoquer une vision symbolique.
Confronté au patrimoine de la grotte Chauvet, il a imaginé un protocole photographique sous forme de panoramas elliptiques : abandonner la captation horizontale classique pour des photographies successives selon une rotation oblique incluant tour à tour plafonds, parois et planchers, dans l’ensemble des salles.
Cette technique mise au point spécialement pour ce projet permet de valoriser les indices de vie géologique, animale et d’art pariétal dans des compositions en clair-obscur.
Le processus de panoramas elliptiques apparaît comme un relevé topographique inhabituel et permet de révéler sur une seule image des strates d’histoire différentes telle une archéologie photographique. Le choix du traitement de ces images en noir et blanc renforce l’aspect graphique des compositions.
Ces étonnantes photographies mêlent habilement la science, la technique et le geste créatif.

Raphaël Dallaporta
Son travail photographique couvre un large champ des préoccupations humaines en allant au delà de l’aspect purement documentaire. Raphaël Dallaporta s’attache d’abord à interroger l’empathie qu’engendrent des sujets de société, et joue avec les statuts souvent variés de l’image photographique. Il a travaillé en étroite collaboration avec des démineurs (Antipersonnel), des juristes (Esclavage domestique), des médecins légistes (Fragile) et plus récemment des archéologues (Ruins). Chacun de ses projets à été finalisé par une publication monographique.
Son travail est présent dans les collections du Musée de l’Elysée de Lausanne, du Fond National d’Art Contemporain (FNAC) de Paris, de la Maison Européenne de la Photographie (MEP) à Paris, du Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône ou encore de la New York Public Librairy. Parmi ses expositions individuelles citons «Raphaël Dallaporta, Observations» itinérante depuis 2011 et «Antipersonnel» sélectionné par Martin Parr aux Rencontres d’Arles de 2004.
En 2014, Raphaël Dallaporta a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis. Il a égalemenet été lauréat de l’ICP Infinity Award 2010 à NewYork et du Paul Huf Award 2011 du Foam à Amsterdam.
S'identifier pour envoyer des commentaires.