Gérard Petrus Fieret / exposition, Paris, Le Bal, du 17 mai au 31 août 2016
EAN13
9782365110990
Dimensions
27 x 19 x 2 cm
Poids
994 g

Offres

Éditions Xavier Barral www.exb.fr mai 2016

Photographies
Gerard Petrus Fieret

Textes
- Wim Van Sinderen, directeur du Fotomuseum Den Haag,
- Hripsimé Visser, curateur au Stedelijk museum d’Amsterdam
- Francesco Zanot, curateur à Camera (Italie)
- Violette Gillet, chercheuse.

Exposition
« Gerard Petrus Fieret » Le Bal, Paris, 18 mai 2016 – 28 août 2016

Gerard Fieret
Cette première monographie française du poète, artiste et photographe hollandais présente l’une des oeuvres les plus étranges et subversives produites dans les années 60 en Europe.
« De 1965 – date à laquelle il se procure son premier appareil, un Praktiflex – à la fin des années 70, ce photographe autodidacte va se livrer à une pratique compulsive, obsessionnelle, insatiable, de la prise
de vue. Il photographie tout : des femmes, des jambes, des enfants, des vitrines, des scènes de rue, lui-même, et d’autres femmes, des modèles, des étudiantes, des mères de famille, des danseuses, des anonymes, et
puis des fragments de corps, des seins, des fesses, des jambes, des nuques… Ses photographies, telles des miroirs sans tain, lui permettent d’atteindre un paradoxe : en se cachant derrière le viseur, il se révèle et
affirme sa présence au monde.
Toujours en noir et blanc. En noirs surtout, parfois troubles, épais et toujours lumineux, magnifiés par des tirages aux dimensions inhabituelles pour l’époque, notamment le format 60x80 cm qui lui est cher. Transgressif, hors norme et hors du temps, Fieret malmène l’image et distord le réel à la recherche de « quelque chose de surnaturel, un sentiment d’éternel ». L’exposition au BAL présentera 200 tirages
d’époque, sauvés de conditions extrêmes de production et d’une vie nomade d’ateliers en abris : obtenus à partir de produits chimiques et de papiers périmés, parfois séchés et brulés à la bougie, exposés
délibérément aux accidents de la vie quotidienne – poussière, traces de pas, griffures, déjections de souris ou pigeons –, pour la plupart signés et tamponnés compulsivement par leur auteur, ils portent les marques
d’une agression permanente tout en étant les ultimes témoins d’une fulgurance disparue. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.