La route de Beit Zera

La route de Beit Zera

Hubert Mingarelli

Points

  • par (Libraire)
    23 juin 2016

    La route de Beit Zera

    C'est l'histoire d'un vieil homme sauvé par un chien. Il vit dans l'attente et la solitude. Demain il pourra peut-être rejoindre son fils, obligé dans des circonstances tragiques de partir. C'est l'histoire d'un vieux chien sauvé par un homme, dont les jours sont comptés. C'est l'histoire d'un jeune homme, qui fait leur connaissance par hasard. Mais si toutes ces histoires étaient liées ?


  • 9 juin 2016

    contemplatif

    Je n'avais jamais lu Hubert Mingarelli écrivant seul. J'avais apprécié le roman qu'il avait co-écrit avec Antoine Choplin, me disant que leurs écritures devaient être vraiment proches car je n'arrivais pas à distinguer l'une de l'autre. Et c'est vrai que tous les deux partagent une forme de minimalisme à la fois dans l'écriture et dans l'intrigue. Hubert Mingarelli, si je m'en tiens à ce roman, le pousse tout de même plus loin. Il ne se passe pas grand chose dans La route de Beit Zera. D'ailleurs si l'intrigue est ponctuée de retours en arrière, expliquant pourquoi Stéphan se retrouve seul, elle tient sur une journée. Stéphan décide d'une action au début du roman et il la mène au bout à la fin. Il faut donc aimer les romans d'ambiance pour apprécier cet auteur. Je ne sais pas si je continuerai à découvrir sa plume, tout comme je ne savais pas en refermant ce livre hier si je l'avais aimé, mais avec j'ai pris un certain plaisir à passer ce court moment en compagnie de Stéphan. Hubert Mingarelli laisse de larges zones d'ombre : il n'est par exemple jamais fait allusion à la mère de Yankel.


  • par (Libraire)
    2 juin 2016

    Sobre et bouleversant.

    Mingarelli est un auteur pudique qui nous parle, souvent, d'hommes seuls. Il nous parle en fait de nous, et son écriture sobre va à l'essentiel. Dans ce roman, à travers l'histoire de Stepan, il évoque la complexité du conflit israélo-palestinien. C'est bouleversant.