La Dissociété - tome 1 À la recherche du progrès humain
EAN13
9782757866344
ISBN
978-2-7578-6634-4
Éditeur
Points
Date de publication
Collection
POINTS ECONOMIE (1)
Nombre de pages
600
Dimensions
17 x 10 x 2 cm
Poids
390 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Dissociété - tome 1 À la recherche du progrès humain

Points

Points Economie

Offres

La dissociété La dissociété est cette force centrifuge qui éclate en éléments rivaux les composants autrefois solidaires d'une société humaine. Un processus de destruction des liens sociaux, au profit du culte de la performance individuelle et de la compétition. Nation éclatée en « communautés », ghettoïsation, guerre économique imposée entre les travailleurs comme entre les régions, exclusion des perdants, repli sur soi… Pourquoi résistons-nous si peu à l'idéologie néolibérale d'une société de marché où les liens se racornissent en simples échanges ou connexions ? En partie parce que celle-ci puise ses sources dans une erreur anthropologique fondatrice de la culture moderne et qui a contaminé la plupart des courants de pensée politique du xviie siècle à nos jours : la conception de l'humain comme un individu existant par lui-même hors de ses liens sociaux. Jacques Généreux Professeur à Sciences Po., il enseigne notamment les fondements philosophiques et anthropologiques de l'économie. Il ouvre, par ce premier volume, une trilogie consacrée à la refondation anthropologique du discours politique et économique, poursuivie dans L'Autre Société et La Grande Régression. La dissociété La dissociété est cette force centrifuge qui éclate en éléments rivaux les composants autrefois solidaires d'une société humaine. Un processus de destruction des liens sociaux, au profit du culte de la performance individuelle et de la compétition. Nation éclatée en « communautés », ghettoïsation, guerre économique imposée entre les travailleurs comme entre les régions, exclusion des perdants, repli sur soi… Pourquoi résistons-nous si peu à l'idéologie néolibérale d'une société de marché où les liens se racornissent en simples échanges ou connexions ? En partie parce celle-ci puise ses sources dans une erreur anthropologique fondatrice de la culture moderne et qui a contaminé la plupart des courants de pensée politique du xviie siècle à nos jours : la conception de l'humain comme un individu existant par lui-même hors de ses liens sociaux. Jacques Généreux Professeur à Sciences Po., il enseigne notamment les fondements philosophiques et anthropologiques de l'économie. Il ouvre, par ce premier volume, une trilogie consacrée à la refondation anthropologique du discours politique et économique, poursuivie dans L'Autre Société et La Grande Régression.
S'identifier pour envoyer des commentaires.