By the rivers of Babylon
  •  
EAN13
9782843048005
ISBN
978-2-84304-800-5
Éditeur
Zulma
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
320
Dimensions
19 x 12 x 2 cm
Poids
300 g
Fiches UNIMARC
UTF-8 / MARC-8

By the rivers of Babylon

De

Zulma

Littérature française

Offres

Augustown, quartier pauvre de Kingston, Jamaïque. En cet après-midi d’avril 1982, assise sur sa véranda,
Ma Taffy sent dans l’air une pesanteur très particulière. Kaia, son petit-fils, rentre de l’école. Ma Taffy n’y
voit plus mais elle sait reconnaître entre toutes l’odeur entêtante, envahissante, de la calamité qui se prépare.
Car aujourd’hui, à l’école, Monsieur Saint-Josephs a commis l’irréparable : il a coupé les dreadlocks de Kaia
– sacrilège absolu chez les rastafaris. Et voilà Ma Taffy qui tremble, elle que pourtant rien n’ébranle, pas
même le chef du gang Angola ni les descentes des Babylones, toutes sirènes hurlantes.
Alors, pour gagner du temps sur la menace qui gronde, Ma Taffy se met à lui raconter comment elle
a assisté, petite fille au milieu d’une foule immense, à la véritable ascension d’Alexander Bedward, le
Prêcheur volant.
Oui, à Augustown, Jamaïque, le jour de l’Autoclapse – calamité aux promesses d’Apocalypse – est une
nouvelle fois en train d’advenir.
Remarquablement construit, By the rivers of Babylon est un roman puissant – magnifique chant de résistance
et de libération.
En bref…
Augustown, quartier populaire de Kingston, années quatre-vingt. Jour de colère. À travers l’histoire d’un
petit garçon rastafari dont le maître d’école vient de couper les dreads (ce qui mettra le ghetto à feu et à
sang) et l’histoire parallèle que lui raconte sa grand-mère, celle d’Alexander Bedward, le Prêcheur volant à
la source du mouvement rastafari, Kei Miller nous emmène au coeur vibrant de la Jamaïque.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

par
29 septembre 2017

Foisonnant, puissant. Une bouffée d'air jamaïcain, pas toujours très sain, pas toujours empli de bonnes odeurs mais tellement revigorant. C'est d'abord une plongée dans le rastafarisme, avec ses "créateurs", Marcus Garvey, Leonard Percival Howell, mais aussi avec les croyants. Kei ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Dossier relatif