Au vif de l’Infantile, aujourd'hui, Réflexions sur la situation analytique
EAN13
9782490350056
ISBN
978-2-490-35005-6
Éditeur
Les Éditions d'Ithaque
Date de publication
Collection
Psychanalyse
Nombre de pages
284
Dimensions
22 x 15 x 0 cm
Poids
1 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Au vif de l’Infantile, aujourd'hui

Réflexions sur la situation analytique

Les Éditions d'Ithaque

Psychanalyse

Offres

Réédition revue, actualisée et augmentée d'inédits et d'un index, du premier ouvrage de Florence Guignard Au vif de l'Infantile, originellement paru en Suisse en 1996 (Delachaux & Niestlé).
Proposé voici presqu’un quart de siècle, le concept d’Infantile a gagné sa majuscule et ses lettres de noblesse en devenant, au fil du temps, un outil indispensable dans la clinique psychanalytique.
« Concept de troisième type », l’Infantile permet de rendre fonctionnels et efficaces avec les patients de tous les âges les liens-entre-les-liens tissés par le transfert et le contre-transfert, en référence à la double hélice entre névrose infantile et névrose de transfert révélée par Freud.
Traduit en cinq langues, ce concept a gagné bien des pays en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique latine et, plus récemment, en Amérique du Nord. L’Association psychanalytique internationale (API) l’a choisi pour thème de son prochain congrès international qui se tiendra à Vancouver en 2021.
Sous la direction de Jérémy Tancray, Ithaque propose ici une nouvelle édition, époussetée, revue et augmentée, de ce livre originellement paru en Suisse en 1996 (Delachaux & Niestlé) et épuisé depuis de nombreuses années. Très attendue, la publication d’Au Vif de l’Infantile, aujourd’hui, comporte également deux chapitres inédits et un index, comblant ainsi une lacune dans la bibliothèque psychanalytique contemporaine.
Analyse par François Kamel, parue dans Lectures, 1997, n° 16 :

La collection "Champs psychanalytiques" des éditions Delachaux & Niestlé, dirigée par Elsa Schmid-Kitsikis, publie le premier ouvrage de Florence Guignard.
L' auteur, membre titulaire de la SPP , dont elle a été la vice-présidente, est cofondatrice et actuelle présidente de la Société européenne de psychanalyse de l'enfant et de l'adolescent. Elle nous fait partager ici les réflexions et les recherches qui ont balisé les dix dernières années de son exercice privé d'analyste d'adultes, d'adolescents et d'enfants.
Elle réinterroge ainsi certains concepts de la métapsychologie freudienne en les enrichissant de points de vue personnels qui s'appuie fréquemment, mais non exclusivement, sur les références kleiniennes et post-kleiniennes. Ainsi sont notamment abordés le clivage (clivage de l'objet de M. Klein et clivage du moi de S. Freud), l'identification projective, les liens entre la position dépressive et le complexe d'Œdipe, le préconscient, l'objet...
A ces réflexions théoriques s'associent des éléments plus cliniques, voire techniques. On retiendra à ce propos le travail sur le transfert et le contre-transfert (développé notamment dans "Le contretransfert de l'analyste d'adultes à la lumière du transfert de l'enfant en analyse") et les considérations sur la situation du psychothérapeute en institution.
F. Guignard avance des positions qui sont fréquemment au cœur des questions âprement débattues : " ... l'analyste d'enfants se devra, dans l'intérêt même du bon déroulement du travail analytique, d'établir des relations directes avec les deux parents de son patient et aura donc à accepter pleinement le transfert que les dits parents effectuent sur lui."
L'infantile est convoqué de façon explicite ou implicite tout au long du livre, il constitue ainsi la clé de voûte des quinze chapitres qui organisent l'ouvrage. Le premier de ceux-ci interroge d'ailleurs la question de sa place dans la relation analytique. Cet infantile, dont F. Guignard nous dit qu'il est situé aux limites de l'inconscient et du préconscient, est le lieu psychique des émergences pulsionnelles premières et irreprésentables mais aussi, le lieu de l'hallucinatoire et du protosymbolique.
L'infantile de l'analysant est la source, à son point d'impact dans le préconscient de l'analyste, d'une excitation non liée qui suscite chez ce dernier des tâches aveugles si ce point d'impact rencontre des aspects infantiles non analysés ou des rejetons pulsionnels actuels. C'est dire alors que afin d'éviter dans la cure le passage à l'acte, ou le refoulement, et par souci de permettre au processus analytique de se maintenir en vie, le travail psychique de l'analyste doit être en mesure de générer, à partir de cette excitation non liée, une préforme para-excitante et contenante.
Ce travail de l'analyste nécessite pour cela une vigilance particulière à ce que l'analysant convoque en lui de son propre infantile.
En suivant le fil de l'infantile, F. Guignard nous invite à une relecture du cas du petit Hans. Elle interroge à son propos les rapports entre l'organisation de la pensée et ses soubassements pulsionnels et identificatoires et nous montre comment le désir de connaître, corrélé au danger de connaître, a pu être entravé chez Hans par les réponses équivoques, voire sadiques, de son entourage.
Les deux derniers chapitres proposent une étude de l'Œdipe à l'adolescence, des identifications, des symbolisations, de l'agir, de l'image du corps et des somatisations. F. Guignard y explique la place que tient ce qu'elle nomme "la relation d'incertitude" qui est, selon elle, la spécificité de la relation de couple adulte, hétérosexuel et non incestueux, et qui constitue une menace pour l'adolescent.
Un ouvrage dense et stimulant qui nous révèle la vivacité de la pensée analytique de l'auteur .
S'identifier pour envoyer des commentaires.