EAN13
9782917504536
ISBN
978-2-917504-53-6
Éditeur
Éditions La Barque
Date de publication
Nombre de pages
32
Dimensions
16,5 x 11 x 0,5 cm
Poids
44 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

vers, dans le paysage

Corot

Éditions La Barque

Offres

Si, à côté de sa poésie, Andrea Zanzotto nous a nous a légué une œuvre critique particulièrement abondante, il n’a pour ainsi dire jamais écrit sur des artistes. C’est, peut-être, que fils d’un peintre, pour des raisons bien compréhensibles, il était pour lui difficile de se mesurer avec ce genre d’écriture.
Ce « Corot » est donc une exception majeure qui a elle seule en souligne toute l’importance. Car dans le même temps, cette analytique prose n’est, de surcroît, pas fortuite ni même inattendue chez un poète qui a fait du paysage l’un des signifiants majeurs de sa poésie. Souvenons-nous : son premier recueil ne s’intitulait-il pas « Derrière le paysage » (1951) ?
Le Corot de Zanzotto est ce peintre qui traite des arbres comme autant de personnages vivants pour exalter le sentiment de vie de la nature, comme par exemple dans « Souvenir de Mortefontaine ». Et, cela, au moment même où dans la peinture impressionniste le personnage était bien près de perdre peu à peu de son aura pour bientôt se changer en évanescente silhouette.
Pour le poète de Vénétie, toujours en suspens, jamais passible d’une définition totalisante, une certaine idée du paysage se pose depuis longtemps comme l’horizon ouvert de toute activité psychique. Pour lui, elle est surtout « issue de la peinture », justement. Ne demeure-t-elle pas l’« épiphanie » la « plus appropriée » de la « nature. »
Le « paysage » de Corot se révèle comme une tentative humaine de saisir, fût-ce l’espace d’un instant, le rapport avec une vérité potentiellement globale où l’origine de la nature et l’origine du moi se rencontrent. Le tout sous-entendant une « vision-idée » : celle du paysage tel qu’il a été, pour l’essentiel, médié par la peinture.
De sorte qu’au-delà de la fine reconnaissance critique de l’œuvre de Corot, cet écrit nous permet de cerner au plus près la poétique d’Andrea Zanzotto.
Philippe Di Meo
S'identifier pour envoyer des commentaires.