EAN13
9791097084264
ISBN
979-10-97084-26-4
Éditeur
Raisons d'Agir
Date de publication
Collection
COURS ET TRAVAU
Nombre de pages
912
Dimensions
23,1 x 15,6 x 5,1 cm
Poids
986 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La République et les langues

Raisons d'Agir

Cours Et Travau

Offres

La pluralité des langues est le plus souvent considérée comme un mal : elle entraverait l’intercompréhension et attiserait toutes sortes de conflictualités. De fait, l’histoire montre comment les langues peuvent se trouver à la fois instruments et parties prenantes dans des relations d’inégalité et de domination entre individus et entre groupes sociaux.
Cet ouvrage propose de renoncer à investir les langues d’enjeux symboliques ou identitaires, et de les aborder d’un point de vue proprement linguistique : en les concevant comme autant de constructions intellectuelles sophistiquées, issues d’élaborations collectives presque toujours inconscientes, et qui produisent le sens. Il analyse les dérives politiques et idéologiques qui, par ignorance, contresens ou pulsion nationaliste, ont dénaturé les avancées les plus sérieuses en sciences du langage, faussé les représentations des langues, et empoisonné les relations entre leurs locuteurs.
Il s’attache particulièrement à l’histoire linguistique de la France, avec les idées et les mesures qui s’y sont développées vis-à-vis de la langue nationale, des autres langues parlées par ses ressortissants métropolitains et ultramarins, et des langues étrangères, présentes ou non dans l’immigration. Il montre comment le français, élément d’un patriotisme émancipateur à la Renaissance, est devenu au Grand Siècle l’instrument d’un suprémacisme autoritaire et intimidateur, puis, à partir de la Révolution, le symbole presque sacré de l’unité nationale, avec comme principales victimes les langues dites aujourd’hui régionales. Il examine le développement parallèle d’une normativité intolérante à toute variation interne d’ordre dialectal ou sociolectal, et d’une prétention à l’excellence, reposant sur un ensemble de critères confus, erronés ou irrationnels, qui commence avec Malherbe, culmine avec Rivarol, et est reprise de nos jours par plusieurs auteurs.
Les stéréotypes positifs ou négatifs qui font de la pluralité des langues un domaine inégalitaire et conflictuel, avec des locuteurs forcément gagnants ou perdants, peuvent être décrédibilisés par une connaissance rationnelle des langues, de leur histoire et de leur fonctionnement grammatical, qui permet une appréciation raisonnée et non passionnelle aussi bien des spécificités de chacune que des propriétés partagées par toutes ou par certaines parties d’entre elles. Faisant appel aux acquis consensuels des sciences du langage, à diverses approches contemporaines du plurilinguisme, et à son expérience de formateur d’enseignants en contexte plurilingue, l’auteur plaide pour dépouiller l’ensemble des langues de toute position emblématique ou incantatoire, et propose des pistes pour une exploitation des potentialités liées au bi- et plurilinguisme : curiosité intellectuelle, goût de l’observation, conception plus riche du langage, développement des capacités d’abstraction, ouverture à l’autre, convivialité, humour et, en prime, des raisons de bon aloi d’aimer la langue française.
S'identifier pour envoyer des commentaires.