L'Empire terrestre. Histoire du politique en Chine aux XXe et XXIe siècles (tome 1. La démocratie na, Histoire du politique en Chine aux XXe et XXIe siècles
EAN13
9782021482584
ISBN
978-2-02-148258-4
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
LES LIVRES DU N (1)
Nombre de pages
1200
Dimensions
22,5 x 15,1 x 5,9 cm
Poids
1330 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Empire terrestre. Histoire du politique en Chine aux XXe et XXIe siècles (tome 1. La démocratie na

Histoire du politique en Chine aux XXe et XXIe siècles

Seuil

Les Livres Du N

Offres

Loin des récits convenus, Yves Chevrier livre une généalogie du pouvoir chinois qui plonge dans l’histoire du xxe siècle. Point d’« Empire céleste » ou de tradition prétendument ancestrale dans cette enquête sur les origines de la Chine contemporaine, mais l’analyse patiente et pointue d’une succession de transformations politiques qui modèlent le présent, jusqu’à la restauration de l’État sous la férule du Parti. L’« empire terrestre » est la forme de cette domination conservatrice et autoritaire en même temps qu’une formidable puissance globale.En deux tomes, ce livre offre aux lecteurs les moyens de comprendre pourquoi l’entrée de la Chine dans la globalisation ne la voue pas à la démocratisation. Le premier volume, qui traite de la période allant de la fin du xixe siècle à la mort de Mao, montre que l’échec de la transition démocratique ne date pas d’aujourd’hui. Il y a un siècle, quand se forme le Parti communiste (1921), deux ans après le Guomindang de Sun Yat-sen, la Chine des « Seigneurs de la guerre » se trouve dans la situation de la Libye actuelle… après avoir envoyé quarante millions de citoyens aux urnes. Ces circonstances tragiques ne sont pas le fait des impérialistes occidentaux comme il est souvent avancé, mais la conséquence d’une démocratisation manquée ou plutôt, selon les mots de l’auteur, « désinstitutionnalisée ». La démocratie en Chine n’est pas impossible : c’est historiquement une forme qui se ferme d’elle-même.
Yves Chevrier a dirigé pendant de nombreuses années le « Centre Chine » de l’EHESS, où il est directeur d’études émérite et membre du Centre de recherches sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA). Il a enseigné à l’INALCO, à l’IEP de Paris ainsi qu’à l’université de Genève. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire du politique et l’histoire intellectuelle de la Chine contemporaine.
S'identifier pour envoyer des commentaires.