L'art de la mémoire
EAN13
9782070709823
ISBN
978-2-07-070982-3
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque des Histoires
Nombre de pages
448
Dimensions
22,5 x 14,2 x 2,9 cm
Poids
528 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
153.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Les Grecs ont inventé un art de la mémoire qui, transmis à Rome, est passé dans la tradition occidentale. Frances A. Yates étudie cet art depuis l'utilisation qu'en faisaient les orateurs de l'Antiquité jusqu'à la forme occultiste qu'il prit à la Renaissance et au début du XVIIᵉ siècle, en passant par la métamorphose morale que le Moyen Âge gothique lui fit subir. Elle envisage également de ce point de vue les pensées de Raymond Lulle, de Pierre de La Ramée et, surtout, de Giordano Bruno, le grand artiste, poète et philosophe occultiste de la mémoire à la fin de la Renaissance. L'histoire de la mémorisation est un cas évident de sujet à la fois marginal et central à la formation de notre culture et de notre civilisation. Comme écrit l'auteur : «On a omis de l'étudier parce qu'il n'était l'affaire de personne. Et le résultat est, pourtant, qu'il constitue l'affaire de tout le monde.» L'histoire de l'organisation de la mémoire touche en effet des points fondamentaux de l'histoire de la religion et de la morale, de la philosophie et de la psychologie, de l'art, de la littérature et de la méthode scientifique. Ce travail considérable éclaire de lumières neuves et souvent décisives aussi bien Dante que le Globe Theatre de Shakespeare, Giotto aussi bien que Leibniz, Giordano Bruno - à qui Frances Yates a consacré un précédent ouvrage - aussi bien que Fludd ou Quintilien. Mais l'apport principal de cet ouvrage tient sans doute à ce qu'il jette les bases historiques et méthodologiques de ce que pourrait être une histoire de l'imagination dans le monde occidental ; l'art de la mémoire, fondé sur des «images» et des «lieux», lié à la magie et à l'hermétisme comme à la naissance de la méthode scientifique, est en effet une voie d'approche privilégiée pour comprendre ce qui se passe entre le moment où Giordano Bruno fait de l'imagination le principe supérieur selon lequel organiser la psyché et celui où Pascal et tant d'autres en feront la «folle du logis», la «maîtresse d'erreur et de fausseté», posant ainsi les bases d'une aliénation dont les conséquences sont toujours sensibles.
Nouvelle édition en 1987
S'identifier pour envoyer des commentaires.