Français, mon amour !, Français mon amour ! Concaténation... Ma passion !
EAN13
9782351641828
ISBN
978-2-35164-182-8
Éditeur
Chiflet et cie
Date de publication
Collection
Chiflet & Cie (2)
Séries
Français, mon amour !
Nombre de pages
142
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
170 g
Langue
français
Code dewey
440.2
Fiches UNIMARC
S'identifier

Français mon amour ! Concaténation... Ma passion !

De

Chiflet et cie

Chiflet & Cie

Offres

Autres livres dans la même série

Après le succès d'Oxymore mon amour (27.000 exemplaire vendus - source GFK). Passionnez-vous pour Français mon amour ! Une collection incontournable en 6 tomes.
En compagnie de ces six volumes le lecteur réalisera une promenade buissonnière et amoureuse à travers la langue française, son histoire, ses anecdotes, son orthographe, sa grammaire, ses figures de style, ses défenseurs ou l'histoire souvent surprenante de ses mots. Libre flânerie au gré de son abécédaire et ses entrées, tantôt sérieuses tantôt espiègles, qui l'emmènera de l'antéisagogue au xénisme en passant par le concuvi, le couillard, le sirventès, et qui mettra fin à ses angoisses devant les redoutables pièges de l'accord du participe passé des verbes pronominaux. Il y rencontrera la langue des oiseaux, celle des fleurs, du poissard, du latin contemporain, les mots de Georges Brassens ou de Marcel Proust et même le vocabulaire " high tech ". Et qui sait... peut-être, grâce à cette lecture, sera-t-il guéri de son hippopotomonstrosesquippedaliophobie ?
Extraits Pirate, corsaire ?
Le pirate, du grec peiratês, " celui qui entreprend "... de piller, de violer, de tuer pour son propre compte, sans distinction de nationalité, contrairement au corsaire, de l'italien corsaro ; bas latin cursarius, de cursus " cours " qui, lui, agit sur lettre de marque délivrée au nom du roi, pour le service de son pays. En somme, le corsaire est un pirate sponsorisé par l'État. Ne pas confondre avec le capitaine Crochet et Surcouf. Voilà qui ne manquera pas de faire une belle jambe (de bois le cas échéant) à leurs victimes. La piraterie est vieille comme le monde et existe toujours, notamment version Internet. Au point qu'elle envahit les terres, l'air, les ondes : pirates de l'air, pirates informatiques, radios pirates, éditions et enregistrements pirates. Les corsaires, eux, n'ont servi que durant trois siècles et ne se subsistent plus guère qu'à l'état de pantalon fort seyants, il est vrai, quand ils dévoilent les mollets féminins dans certains films des années 60. N'empêche qu'entre la libre entreprise, les pirates et le genre service public, les corsaires, force est de constater qu'une fois de plus la première l'emporte.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...