Fables du temps, Blancs soucis
EAN13
9782707322838
ISBN
978-2-7073-2283-8
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Collection
Essais
Séries
Fables du temps
Nombre de pages
121
Dimensions
1 x 1 x 0 cm
Poids
160 g
Langue
français
Code dewey
700.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Fables du temps
L’artiste est inventeur de temps. Il façonne, il donne chair à des durées jusqu’alors impossibles ou impensables : apories, fables chroniques.

Un petit film de Sarkis intitulé Au commencement, l’apparition donne ici l’occasion de réfléchir – historiquement et anthropologiquement – sur l’étrange figure composée du lait et de la mort. Entre l’écoute et la parole, une installation d’Esther Shalev-Gerz, permet quant à elle de reposer à nouveaux frais la question du témoignage historique et de ses « blancs », de ses événements de silence. Question qui ne peut être traitée de haut puisqu’elle met en cause notre langage lui-même, et qui cherche son propre phrasé à l’écoute de la littérature, qu’il s’agisse d’un poème de Mallarmé, d’une fable hassidique ou d’un récit de Georges Perec.

TABLE DES MATIÈRES

LE LAIT

DE LA MORT

Sarkis : Au commencement, l’apparition, 2005 (4). — Lettre, bol, lait, rai, tact : langage, fond, milieu, visibilité, corps (6). — La peinture et le lait, le bol d’Arménie (9). — Figurabilité : quand les images travaillent le langage au corps. Écrire le lait : Michelet, Bachelard. Voir et boire (12). — Voir et toucher. Impureté du lait, sexualité et parenté (16). — Rites et tabous du lait. Lait qui tourne et mauvais œil (20). — Délicatesse mémorative. L’artiste comme immigré. Rendre les choses déplacées (24). — Quand la main se creuse. Ouvrir et présenter (28). — Geste, contre-effectuation, symbolisme. Mystiques du lait (30). — Face à Grünewald. Dramatiser la couleur. Onction et profanation (33). — Montrer : altérer, ouvrir. Lait, lai, legs (37). — Mettre le doigt dans la plaie et former un lieu de mémoire. Le lait de la mort (40).

BLANCS SOUCIS

DE NOTRE HISTOIRE

Esther Shalev-Gerz : Entre l’écoute et la parole, 2005. Regarder va et vient (44). — Écouter va et vient. « Le blanc souci de notre toile » (45). Exposer la parole des témoins : donner une forme au bien commun.

Singulier-pluriel. Le montage des silences dans la parole (47). — Une parabole hassidique. Du monument enterré (gestes de plomb) au monument en suspens (gestes d’air) (50). — Les silences du témoin : Abraham Bomba dans Shoah de Claude Lanzmann. Paradigmes éthiques et esthétiques, de Lessing à Roland Barthes (53). — Les silences comme événements. Communautés de la fêlure. La notion de souci : dysfonctionnement, tourment et sollicitude. La beauté, le blanc, le montage (57). — En-deça des paradigmes : symptômes, rythmes, conflits au cœur de chaque silence (62). — Silence et souci de l’autre. Georges Perec : une forme pour écrire avec ses « blancs soucis » (66). — Quand l’histoire passe malgré tout : le conteur, selon Walter Benjamin, comme figure du juste (69). — Le visage et sa dépouille, la parole et son silence. Ralenti, gros plan, tempo du montage. Émotion et construction. À l’écoute des silences de l’histoire (72).

Note bibliographique

Table des figures
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Georges Didi-Huberman