Destin du traumatisme, Comment faire son deuil
EAN13
9782012354654
ISBN
978-2-01-235465-4
Éditeur
Hachette Littératures
Date de publication
Collection
PSYCHOLOGIE / P
Nombre de pages
281
Dimensions
22 x 14 x 1 cm
Poids
325 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Destin du traumatisme

Comment faire son deuil

De

Hachette Littératures

Psychologie / P

Offres

Adnan Houbballah propose ici une réflexion approfondie sur le traumatisme, ses effets et les thérapeutiques proposées par la psychanalyse.

Il interroge ainsi les textes fondateurs et revient sur des concepts essentiels, tels que pulsion de mort et pulsion de vie, complexe de castration, répétition, régression, amnésie, hypermnésie, culpabilité ou inhibition.

L'ouvrage d'Adnan Houballah enrichit le propos freudien en éclairant d'un jour neuf les effets du traumatisme sur la position du sujet face à la vie, à la mort et à l'Autre à partir d'un signifiant nouveau appelé post-traumatique. Loin de se préoccuper uniquement des symptômes isolés de leur contexte, l'analyste est amené à faire en sorte que le sujet puisse retrouver ses repères dans cette nouvelle réalité où la mort est omniprésente.

On ne saurait oublier en effet que chacun a une représentation précise de la mort. Or cette représentation est souvent bouleversée par un accident inattendu ou inconcevable. Pour celui qui a été confronté à un tel choc, le temps s'arrête, il n'y a plus ni désir ni changement possible. Toute la tâche de l'analyste consiste alors à délivrer son patient de cette captation imaginaire. Car seule la parole peut aider le patient à faire son deuil, à retrouver sa place dans le temps et à voir renaître son désir.


Docteur en médecine, psychiatre et psychanalyste, ADNAN HOUBBALLAH a exercé à Beyrouth pendant la guerre du Liban avant de s'instalelr en France en 1987. Enseignant à l'université Paris XIII, il a écrit de nombreux articles sur la thérapie analytique, le traumatisme et les rapports entre psychanalyse et phénomènes socioculturels. Il a publié, en 1996, Virus de la violence chez Albin Michel.
S'identifier pour envoyer des commentaires.