o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

L'Enquête
16,00
22 décembre 2019

Réalités romanesques

Considéré comme l’un des plus grands écrivains argentins contemporains, Juan
José Saer est aujourd’hui redécouvert grâce aux éditions du Tripode. Proche de
Borges ou de Bolaño, Saer joue comme eux avec les codes du roman, interrogeant
les rapports entre vérité et fiction. Ici, tout débute par une enquête
policière classique et se termine en roman de retrouvailles amicales, avec un
soupçon de réalisme magique et de mélancolie. Aussi ludique que brillant.

A Paris, le commissaire Morvan est sur le qui-vive : depuis neuf mois, il
traque un assassin de vieilles dames qui sévit dans le onzième arrondissement
où la brigade criminelle s’est installée. Le tueur en série a déjà fait vingt-
sept victimes en procédant selon le même mode opératoire atroce et sordide,
découpant et violant ses proies sans laisser le moindre indice. Or, à quelques
jours de Noël, Morvan pressent une résolution imminente de l’affaire. Trois
mois plus tard, à des milliers de kilomètres de là, Pigeon Garay, après une
longue absence, revient dans son Argentine natale et y retrouve deux amis
auxquels il raconte cette histoire de tueur en série parisien un soir où les
trois compères sont au restaurant.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Belle infidèle
22 décembre 2019

L'absente

Julien Sauvage n’a pas le choix : il se doit de traduire « Rebus », un best-
seller italien d’Agostino Leonelli, encensé par la critique. Pas le choix
puisqu’il est l’élu - une éditrice parisienne lui a fait confiance – et qu’il
se sent particulièrement flatté de cette mission. Il vit sans élan, fait tout
pour ne pas écrire le roman qu’il a en tête et surtout, cette longue
traduction inespérée lui fera peut-être oublier pour un temps, Laura, qui l’a
quitté trois ans auparavant. Alors ce héros nonchalant, pour qui l’oubli de
cette fille solaire est inconcevable, s’attaque à la traduction d’un récit
enivrant. Il finit par s’enfermer dans l’ardeur de sa traduction, se prenant
parfois au jeu délicieux – mais dangereux - de sublimer la version finale, à
l’instar de ces « belles infidèles », ces traductions sans contrainte.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Toutain, David

La Martinière

65,00
8 décembre 2019

Une délicate sensualité

Il évoque en préambule un vinaigre de cidre qui lui donna envie de créer un
dessert. Puis il nous embarque pour une purée de cèpes aromatisée avec de la
benoîte urbaine, une « racine d’herbe aux saveurs de sous-bois ». David
Toutain est un magnifique cuisinier qui n’oublie pas son enfance, les recettes
de sa grand-mère, les vacances dans le bocage virois. C’est un garçon qui a
travaillé dur chez les grands comme Bernard Loiseau et surtout chez Alain
Passard, à l’Arpège. « Il m’a donné une cuisine, sa passion, sa philosophie et
sa confiance ». Puis il a eu la bougeotte et c’est bien la meilleure école
pour découvrir d’autres goûts, appréhender d’autres mondes. Et le voilà
émerveillé devant le pois chiche ou offrant aux toutes petites poires qui
n’ont l’air de rien une nouvelle vie de bonbon.
David Toutain est désormais à Paris mais c’est un monde éclatant qu’il
accueille dans sa cuisine avec le maquereau mariné qui flirte avec le café ou
le canard et son jus corsé, aromatisé avec des herbes. Ce garçon a l’art de
transmettre, de donner et de créer sans cesse. Sur ses carnets, le taiseux
dessine, réécrit une nouvelle histoire quand le restaurant s’endort après une
belle journée et pas mal d’estomacs rebondis. David Toutain a l’œil sur tout,
belle vaisselle, belle table, bon accueil dans la douceur et l’épure. Et le
regard de Thaï, son épouse, n’est jamais loin, signant les photos somptueuses
de cet ouvrage qui n’est pas un énième livre de cuisinier se croyant installé
dans la vie. David Toutain n’est pas comme ça, c’est un chef d’orchestre d’une
délicate sensualité, regardez le carnet de recettes qui accompagne ce beau
livre et vous comprendrez vite l’élégance de l’oignon caramélisé ou de la
pomme de terre au lait fumé. La girolle danse, le poulpe cuit sur la braise,
la tomate devient gelée. On dirait une comptine normande.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

La Neuvième Tombe
22,90
8 décembre 2019

Cap au nord

Sur le quatrième de couverture, on nous prévient : « âmes sensibles s’abstenir
». A ce judicieux conseil, j’en ajouterais un autre : « si vous souffrez d’un
déficit de l’attention, passez votre chemin. » Car l’intrigue imaginée par le
romancier suédois Stefan Ahnhem est complexe. Il multiplie les pistes, les
chausse-trappes, les indices, les victimes, les suspects et même les
coupables.

Deux histoires se déroulent en parallèle entre la Suède et le Danemark : un
ministre a disparu, la femme d’un présentateur de télévision est retrouvée
assassinée chez elle, les découvertes macabres s’enchaînent et tout cela à la
veille de Noël. Un tueur en série, cannibale de surcroît, a été remis en
liberté, faute de preuves. Les organes qui ont été prélevés sur les victimes
sont-ils réservés à sa consommation personnelle ou destinés à un autre usage ?

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Quelqu'un m'attend derrière la neige
8 décembre 2019

Conte d'hiver

__C’est la veille de Noël, et Freddy d’Angelo, un marchand de crèmes glacées,
doit livrer un lourd chargement venant d’Italie dans le centre de Londres, en
passant par Calais. Seul dans son petit camion jaune, l’homme n’a parlé à
personne depuis bientôt cent jours. Il songe aux néons de sa cuisine, à sa
petite maison en bordure de l’autoroute A26, à sa solitude écrasante. Et
tandis qu’il laisse se dérouler, au volant, un dialogue imaginaire teinté d’un
goût amer, une hirondelle vole à contre courant des migrateurs. L’oiseau
rejoint l’hiver et ses chutes de neige, laissant derrière elle l’Afrique, ses
terres arides et chaudes. Elle ignore pourquoi elle rejoint la France, sachant
seulement que quelqu’un l’attend, au cœur de l’hiver.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u