Alex-Mot-à-Mots

https://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

2 janvier 2011

Mon avis :
Le premier roman de l'auteur, ré-édité en poche.
Que n'a-t-on pas déjà écrit pour chanter les louanges de ce premier roman de ce très bon auteur de polar ? Tout y est : l'intrigue et la manipulation (du personnage principal et du lecteur), et qui plus est, cette fois-ci, l'auteur va au bout de son idée (contrairement à "Robe de mariée" où l'auteur n'avait pas pu finir sur son idée).
Un petit bémol (car il en faut bien un) : la femme de Camille est enceinte, mais dès le début du roman, elle est déjà fatiguée par sa grossesse au 7e mois (si j'ai bien calculé). C'est un peu trop à mon goût...
A quand la suite de cette trilogie ?
L'image que je retiendrai :
La dernière, celle de la femme de Camille et du bébé, brrrrr...

2 janvier 2011

Mon avis :
Feu Thierry Jonquet est décidément un maître dans l'art du polar et de l'embrouille. Et pourtant tout est là...
Des personnages très bien brossés, une intrigue qui monte en puissance avec la folie du Coupable et la pile de sacs poubelles qui augmente dans l'appartement, et un témoin principal qui reste désespérément muet.
Tout ceci est tellement bien ficelé....

2 janvier 2011

Mon avis :
Voici un livre qui a reçu le Prix Médicis et que j'ai lâchement abandonné....
Je ne suis pas arrivée à rentrer dans l'écriture, certes très travaillée, mais sans doute un peu trop.
De plus, les problèmes des chantiers de construction ne m'ont pas passionnés, ni la vie des travailleurs du chantier racontées de façon trop alambiquée à mon goût.
J'ai été d'autre part déroutée par la touffeur et la moiteur du roman qui, pour moi, se situe plus dans un pays d'Amérique latine qu'en Californie.

Buchet-Chastel

25,35
2 janvier 2011

Mon avis :
Certes, ce roman est très bien documenté, certes il a reçu le prix "Fenimore Cooper de la meilleure fiction historique", certes la vie et la psychologie de l'architecte sont passionnants, certes le personnage de Mamah est une feministe en avance sur son temps, et pourtant....
Je me suis quelque peu ennuyée à la lecture de ce roman à cause des invraissemblances vestimentaires (Frank passe ses mains sous la chemise de Mamah, sauf que l'auteure a oublié les corsets de l'époque...). Ce passage a glissé un point d'interrogation sur le reste de ma lecture.
Beaucoup de descriptions, très belles il est vrai, mais trop, c'est trop.
Une histoire d'amour très forte, mais avec si peu de passions.
Ceci dit un beau personnage de femme en avance sur son temps et qui lutte pour son indépendance dans la bonne société bostonnienne

2 janvier 2011

Mon avis :
Je ne suis pas une fan du genre "nouvelles", pourtant c'est ce livre que j'ai choisi de Jean-Bernard Pouy au festival "Sang d'encre" l'année dernière.
Entre-temps, j'ai lu "1280 âmes", un roman du même auteur que je n'avais pas particulièrement goûté.
Ses nouvelles sont meilleures, parce que plus courtes et que les chutes sont des plus grinçantes, humour que j'apprécie.
Ceci dit, je pense que je vais en restez là avec cet auteur, d'autant plus que je sais maintenant beaucoup de choses de son intimité dorénavent comme indiqué dans sa dédicace, qu'il préfère la roubignole droite.....