cat

La dernière bagnarde, roman
par
3 octobre 2011

Le destin extraordinaire d’une femme ordinaire

Ce roman, qui relate le destin extraordinaire d’une femme ordinaire, a le mérite de rappeler qu’il y a une centaine d’années la barbarie existait, certes au bagne de Cayenne, mais aussi dans les milieux politiques et administratifs de la France de la IIIe République.

Marie, cette jeune orpheline de vingt ans qui survit à Bordeaux mais qui y connait la joie de vivre, est repérée par les Autorités pour intégrer le « troupeau » des femmes qui doivent contribuer au repeuplement de Cayenne.
Malgré tout l’optimisme lié à sa jeunesse, malgré tous les espoirs qui renaissent après chaque épreuve de plus en plus douloureuse, Marie va survivre et sera la « DERNIERE BAGNARDE » de Cayenne.

Bien sûr, on pouvait imaginer les conditions de vie des bagnards alors que les plus bas instincts de l’homme ont libre cours – nombre de livres et de films existent sur le sujet – mais sans ce livre, je n’aurais jamais pu imaginer un tel enfer pour ces femmes reléguées.
Par contre, comment imaginer qu’en cette fin de 19e siècle, des femmes soient sans juste motif arrêtées, embarquées dans des conditions effroyables vers Cayenne sous un prétexte fallacieux et livrées à un sort que les autorités civiles, religieuses et militaires connaissent mais préfèrent ignorer au nom de leur tranquillité.
Toujours la même hypocrisie du pouvoir pour se donner bonne conscience, telle est la conclusion que je voudrais donner à ce roman qui relève plus du documentaire et de la biographie.

Les ombres de Tibhirine
22,50
par
3 octobre 2011

Passionnant !

Ce roman, qui je le précise d’entrée de jeu m’a passionnée, relève de l’enquête policière et du Grand Espionnage International.
Il me fait douter de toutes les informations transmises par les médias lors du drame de Tibhirine mais il ne remet pas en cause le film admirable tourné sur le sujet. Il le complète ou plutôt, il l’éclaire d’un jour nouveau.

A l’époque du drame, si mes souvenirs sont exacts, je ne me remémore pas le moindre journaliste évoquant l’implication de Vatican, la présence sur le terrain d’éminents espions russes ou encore l’attentisme de la France face aux militaires algériens qui souhaitaient jeter le discrédit sur les islamistes des GIA et les exposer ainsi à la vindicte internationale.

En dépit des moyens de communication actuels, il semblerait que la désinformation du public n’ai jamais été aussi forte.

Journal d'un parfumeur  / Un abrégé d'odeurs
par
3 octobre 2011

Beaucoup de poésie

Pourquoi me suis-je intéressée à ce livre ?
Parce que j’aime le parfum et que je fréquente intimement un « nez ».

J’espérais que cette lecture me permettrait d’accéder à ce monde que je considère comme merveilleux mais aussi très secret.
Je souhaitais savoir comment, techniquement parlant, s’élabore un parfum, quelles substances sont utilisées, les règles de la mode et du marketing, les coûts de revient …

Je n’ai par trouvé dans le livre de Jean-Claude Ellena, par ailleurs fort agréable à lire car empreint de beaucoup de poésie, les réponses que je cherchais.
Certes, ce livre est le journal d’un grand parfumeur (peut-être imbu de sa réussite) mais les nombreuses formules chimiques insérées dans le texte m’ont irritée car elles ne s’adressaient qu’à un petit nombre de spécialistes et la profane que je suis s’est sentie d’autant plus exclue de ce monde secret alors que mon objectif était, par le biais de ce livre, de lever une partie du voile.

Chère Madame ma fille cadette
par
3 octobre 2011

Un livre intimiste sur un sujet éternel

Un livre intimiste sur un sujet éternel, que sont les relations d’une fille avec son père;
Un père absent au quotidien mais dont la présence pèse à la manière d’une chape.
C’est toute ambiguïté de cette relation ;
- la fille aime et admire ce père écrivain, dont tout un chacun doit respecter le rythme de vie et les extravagances,
- mais la fille est dans une situation d’incompréhension et de révolte contre ce père qui communique avec sa famille par billets.

Ce n’est qu’avec le recul du temps, et parce qu’elle même a épousé le métier d’écrivain, qu’elle comprend ce père qu’elle n’a jamais cessé d’aimer mais qui lui a manqué durant toute son enfance et son adolescence.

Un livre bien écrit, à méditer …

Chère Madame ma fille cadette
par
3 octobre 2011

Un livre intimiste sur un sujet éternel

Un livre intimiste sur un sujet éternel, que sont les relations d’une fille avec son père;
Un père absent au quotidien mais dont la présence pèse à la manière d’une chape.
C’est toute ambiguïté de cette relation ;
- la fille aime et admire ce père écrivain, dont tout un chacun doit respecter le rythme de vie et les extravagances,
- mais la fille est dans une situation d’incompréhension et de révolte contre ce père qui communique avec sa famille par billets.

Ce n’est qu’avec le recul du temps, et parce qu’elle même a épousé le métier d’écrivain, qu’elle comprend ce père qu’elle n’a jamais cessé d’aimer mais qui lui a manqué durant toute son enfance et son adolescence.

Un livre bien écrit, à méditer …