sandrine57

Lectrice compulsive d'une quarantaine d'années, mère au foyer.

2, Drôles de racailles T02
25 septembre 2012

Toujours soucieuse de tenir au mieux son rôle de déléguée de classe, Hana Adachi n'en finit pas d'entraîner Shinigawa dans des aventures rocambolesques, sous prétexte de le remettre dans le droit de chemin. Le jeune homme freine des quatre fers mais finit toujours par céder devant l'insistance de sa camarade de classe.

Un deuxième tome dans la lignée du premier: une suite d'historiettes avec toujours le même schéma. Sans être follement hilarant, on finit par se prendre au jeu et on lit tout cela avec un certain plaisir. On s'attache d'autant plus aux personnages qu'on en apprend un peu plus sur eux. Le mangaka dévoile certains aspects d'Hana: son cadre de vie, sa famille et ses accointances avec de puissants personnages...A suivre donc.

La Ronde des innocents, roman
25 septembre 2012

A Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées, Vincent apprend que son frère, disparu depuis deux jours, vient d'être retrouvé mort, torturé, sur un sentier de montagne. Vincent est bouleversé et perplexe: qui pouvait en vouloir à ce point à Raphaël? Avec Camille, la compagne de son frère, il va mener sa propre enquête et découvrir le secret bien gardé de Raphaël : une femme et un enfant. Mais qui sont-ils? Où sont-ils? Et pourquoi sont-ils en danger eux aussi?


Au même moment, à Nice, un adolescent est assassiné dans l'enceinte d'un lycée très coté de la ville. Justine Néraudeux commence son enquête dans le milieu feutré et secret des élèves riches et brillants du lycée Massena.
A priori, ces deux affaires ne sont pas liées. Et pourtant....

De Valentin MUSSO, j'avais adoré Les cendres froides. Je retrouve ici les qualités de cet auteur très prometteur: une intrigue originale et bien menée et une qualité d'écriture pas si fréquente que cela dans le monde du polar. Ceci dit, le jeu des pistes multiples qui ne mènent nulle part et une fin un peu rapide m'ont un peu déçue. A part cela, le sujet est fouillé, l'incursion dans le monde des enfants surdoués bien documentée, le suspense tient la route et la langue est riche et belle. Valentin MUSSO mérite de se faire un prénom et surtout ne doit pas faire fuir les lecteurs hostiles à son frère dont il se démarque clairement.
Un bon polar français pour un moment de lecture agréable sans être transcendant.

Merci, Jeeves
25 septembre 2012

Bertie Wooster, jeune aristocrate londonien, s'est pris de passion pour le banjo. Jeeves, son fidèle majordome, supporte difficilement cette nouvelle lubie et quand, Bertie, chassé par ses voisins mécontents, parle de quitter Londres pour s'installer dans la campagne anglaise, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Jeeves donne son congé à un Bertie mécontent mais plus décidé que jamais à persévérer avec son instrument chéri. Il sollicite son ami de toujours, le baron Chuffnell, cinquième du nom -Chuffy pour les intimes- qui lui procure un logement dans son village de Chuffnell Regis Pourtant, une fois installé dans son mignon petit cottage, les choses se gâtent pour Bertie. Au château, Chuffy reçoit Mr Stoker et Sir Glossop, deux de ses plus farouches détracteurs. Les rencontrer le met au supplice et la situation dégénère encore lorsqu'il décide d'aider son grand ami à conquérir Pauline Stoker. Le voilà encore une fois embarqué dans une suite d'aventures rocambolesques et de graves périls dont Jeeves, toujours dans les parages, saura le sauver comme d'habitude.

De quiproquos en malentendus, de situations cocasses en dangereux périls, P.G. WODEHOUSE balade son inénarrable duo dans une campagne anglaise bien loin d'être bucolique. Loin de Londres, Bertie n'en est pas plus calme pour autant! Aux prises avec un milliardaire américain qui le séquestre pour qu'il épouse sa fille, un aliéniste réputé qui détruit sa réputation d'homme du monde, un nouveau majordome fou et armé, un gendarme et un policier trop zélés, etc., etc., Bertie, qui a le chic pour empirer les choses dès qu'il se mêle de les arranger, devra payer de sa personne et renoncer parfois à son petit confort avant que la situation revienne à la normale. Heureusement, Jeeves veille au grain. Calme et réfléchi, il saura encore une fois remettre de l'ordre dans la pagaille ambiante, suscitant l'admiration autour de lui.
Du rire à chaque page, l'humour anglais à son apogée, Merci, Jeeves est un grand moment de lecture, un remède efficace contre la morosité ou la déprime. A tous ceux qui ne connaissent pas encore le tandem Jeeves/Bertie, je ne peux que recommander chaudement de remédier à cette lacune.

L'Attente de l'aube
25 septembre 2012

Vienne, 1913. Lysander Rief, jeune acteur londonien, séjourne dans la capitale autrichienne afin d'y soigner un problème d'anorgasmie auprès du docteur Bensimon, psychanalyste anglais, disciple de Freud. Dans la salle d'attente du praticien, il croise Hettie Bull, une sculptrice séduisante et fantasque, déjà en ménage avec un peintre irascible. Cette rencontre, outre qu'elle le guérit de son problème sexuel, va aussi le conduire à une situation des plus gênantes qui l'oblige à fuir le pays. Heureusement, son ambassade l'aide à se sortir de cette mauvaise passe mais Lysander ne sait pas encore qu'il est désormais redevable à sa patrie. La guerre qui éclate l'année suivante décide la Couronne à se faire rembourser son aide. Ainsi, Lysander se retrouve imbriqué dans une histoire d'espionnage qui souvent le dépasse.

Psychanalyse, amour, trahison, théâtre, espionnage et première guerre mondiale, tel est le cocktail que William BOYD a réservé à son héros -malgré lui- Lysander Rief. De Londres à Genève, de la campagne anglaise au front de la Somme, le jeune acteur va se frotter au monde clair-obscur des diplomates, des espions, des agents doubles. Fort de ses talents de comédien, Lysander tentera de démêler le vrai du faux, d'accorder sa confiance à bon escient, de démasquer un traître et accessoirement de sauver sa peau.
Jolie promenade dans l'Europe du début du XXè siècle, mâtinée d'une dose d'action, L'attente de l'aube est un bon moment de lecture mais n'est pas le meilleur roman de l'auteur.

Le Poisson mouillé, roman
25 septembre 2012

Berlin, 1929. Le jeune commissaire de la brigade criminelle de Cologne Gereon Rath arrive dans la capitale après une sombre affaire de bavure policière. Mais il est rétrogradé à la brigade des moeurs et les cabarets clandestins, la pornographie, la prostitution, ce n'est pas son truc. Gereon rêve d'intégrer la brigade criminelle et pour cela, il sait qu'il va devoir faire ses preuves. Quand on retrouve un cadavre non identifié dans un canal, il voit une occasion de taire les informations en sa possession, d'enquêter de son côté et de résoudre l'affaire.

Si par hasard une faille spatio-temporelle devait vous transporter dans le Berlin de 1929, pas d'inquiétude! Munissez-vous du Poisson mouillé et vous saurez vous orienter sans problèmes dans la ville. Volker KUTSCHER a dû se lancer pour défi de citer au moins une fois chaque avenue, rue ou venelle de la capitale allemande. Si c'est très utile pour le promeneur égaré, à la lecture, c'est plutôt indigeste.S'ajoutent à cela un héros assez antipathique et une intrigue alambiquée.
Ceci dit, tout n'est pas à jeter! La plongée de le Berlin interlope et cosmopolite de la fin des années 20 est passionnante et instructive. On découvre une ville en pleine mutation, les grands travaux, les idées politiques qui émergent. La communauté russe inquiète, qu'elle soit tsariste ou communiste. Il s'agit avant tout pour le pouvoir de combattre un mouvement de révolte qui prendrait exemple sur la révolution russe. Par contre, les nationalistes allemands, les S.A. sont perçus comme des guignols, nostalgiques d'une époque révolue, ce qui leur laisse les coudées franches.
A lire donc, surtout pour le contexte politique et historique.