Marianne K.

Rosa la rouge

Evans, Kate

Amsterdam

20,00
par (Libraire)
19 septembre 2017

Portrait de Rosa Luxemburg

Quelle intelligence ! Quel courage ! Quelle audace ! Voilà ce qu’on peut se dire en achevant la lecture de Rosa La Rouge. Ce formidable roman graphique dresse le portrait de cette femme incroyable, de son enfance dans la Pologne tsariste et antisémite, jusqu’à son assassinat dans l’Allemagne de 1919, en passant par la Suisse et l’Angleterre. Mais il s’agit ici non seulement de sa vie privée mais aussi et surtout de la construction de sa pensée, de ses capacités de réflexion et d’écriture, simplement prodigieuses, et de son inégalable talent d’oratrice !
Des dessins en noir et blanc, une construction brillante et sensible, la clarté des propos et la richesse des notes font de cette BD l’ouvrage parfait pour découvrir ou re-découvrir Rosa Luxemburg. Rosa la Rouge !

Je me promets d'éclatantes revanches
par (Libraire)
18 septembre 2017

Ode à Charlotte Delbo.

« Tout en elle respire la vie, la joie, la déportée semble être restée à Auschwitz et Ravensbrück : « Je me promets d’éclatantes revanches », écrit-elle à Louis Jouvet à peine libérée. »

« Elle », c’est Charlotte Delbo, résistante pendant la seconde guerre mondiale, déportée dans les camps, qui en est sortie vivante et qui n’a eu de cesse d’écrire pour tenir à distance l’oubli qui guettait ces codétenues, mortes avant la libération. Dans ce texte inclassable mais à la puissance ô combien mémorable, Valentine Goby nous conte ses lectures de l’œuvre de Charlotte Delbo, elle nous embarque dans l’histoire de cette femme extraordinaire, que l’histoire à impitoyablement reléguée au second plan et dont le nom est bien trop méconnu… Parsemé de réflexions sur la déportation, la vie concentrationnaire, la littérature, l’art et l’écriture, cet ouvrage submerge, tel un raz-de-marée, il vous entraîne et vous chahute, et, surtout, vous marque profondément !
« Elle dit à Chancel : « Je n’oublie pas et en même temps j’oublie. » Elle est le paradoxe de l’écriture qui avive et anesthésie, la vie et la mort concomitantes ; la vie triomphe à la fin »

« Et comme l’amoureuse dont la langue ne tarit pas sur l’objet de son cœur, je voudrais par ce livre susciter, par contagion irrésistible, le désir de connaître Charlotte Delbo, et de l’aimer. » Valentine Goby.
C’est une réussite, mais tellement plus encore… Un ouvrage bouleversant !

Les fantômes du vieux pays
par (Libraire)
18 septembre 2017

700 pages prodigieuses !

Alors qu’il est sur le point de se faire poursuivre en justice par son éditeur (parce qu’il ne lui a pas remis un manuscrit pour lequel il avait reçu de conséquents à-valoir), Samuel apprend que sa mère, qui l’a abandonné quand il avait 11 ans, a agressé un candidat à la présidentielle en lui jetant des cailloux… Repérant-là une aubaine, il propose à son éditeur de rédiger un ouvrage révélation sur l’histoire de sa mère ! Se plongeant dans l’histoire de Faye, Samuel s’aperçoit qu’il ne la connaît qu’à peine : d’une adolescence dans les années 1960 à l’attentat du 11/09/2001 en passant par les émeutes à Chicago et la guerre du Vietnam, il découvre la vie d’une femme en prises avec ses démons et revisite l’histoire contemporaine des États-Unis.
Passionnante de bout en bout, cette fresque ambitieuse entraîne le lecteur au cœur des vies de nombreux personnages secondaires : Pwnage, accro aux jeux vidéo, Bethany, la violoniste prodige, Bishop, traumatisé dans son enfance, ou encore Frank, l’émigré norvégien aux histoires de fantômes ! Plongez-vous dans ce roman comme on les aime tant, prenants et brillants, vous serez scotchés jusqu’aux ultimes révélations… C’est magistral !

Exception française / le laboratoire des séries françaises
par (Libraire)
5 septembre 2017

Séries à la française !

À travers de multiples exemples, Pierre Ziemniak dresse un état des lieux de la création de séries en France depuis plus de 60 ans. Remontant aux origines, à travers les romans feuilletons ou les feuilletons radiophoniques, et présentant l’évolution des créations, des mini-séries aux formats plus longs, l’ouvrage s’intéresse à la fois aux processus créatifs et aux failles des productions françaises. Le renouveau récent des séries françaises, avec Le Bureau des légendes ou Les Revenants, s’apprécie notamment au vu des exportations à l’étranger ! Comparant la situation avec d’autres nations – USA, Grande-Bretagne, Scandinavie, entre autres – l’auteur montre que le chemin est encore long…
Style précis et incisif, qualités d’analyse et de réflexion, exemples foisonnants ; cet ouvrage se révèle absolument passionnant, donnant surtout envie de s’installer devant le petit écran !

La nuit des béguines
par (Libraire)
4 septembre 2017

Liberté, liberté chérie.

Libres de Dieu comme des hommes, les béguines vivaient au moyen-âge en communautés, elles pouvaient choisir d’étudier, de travailler et de vivre comme bon leur semble ! En 1310, en plein Paris, l’une de ces communautés évolue paisiblement : Ysabel, qui connaît les secrets des plantes et en fabrique des remèdes, Ade, la jeune veuve solitaire, Jeanne, qui tient une boutique de tissus, et des centaines d’autres… Mais quand débarque Maheut la Rousse, jeune femme rebelle fuyant des noces imposées et pourchassée par un franciscain de sa région, la tranquillité du clos est rompue. À cette époque trouble, où les templiers sont pourchassés, où l’hérésie hante le royaume et où une béguine est brûlée vive pour un manuscrit interdit, ces femmes doivent redoubler d’ingéniosité pour préserver leurs liberté et leur mode de vie !
Étonnant par son thème, attachant par ses personnages - ces béguines libres d’esprit et de corps, à une époque où leurs semblables devaient obéissance à un père ou à un mari -, envoûtant par son style seyant parfaitement à l’époque contée, et étincelant par l’érudition joyeuse dont fait preuve Aline Kiner, La Nuit des Béguines est un récit éblouissant qu’on souhaiterait ne jamais quitter !