Am Fred B.

23 octobre 2021

Héros du bel aujourd'hui

A l'escalade du quotidien, le poète emploie tous les outils à sa portée : un caillou du chemin, la paume d'une main, l'audace d'un bébé, la rosée d'un nuage.
Un arc-en-ciel du jour, à recommencer.
Fraternité pas compliquée. Poésie du jeudi, mais du mardi aussi.

Editions du Sous-Sol

18,00
21 octobre 2021

Retour de l'amie prodigieuse

Épisode 3 de la trilogie autobiographique de notre globe-trotteuse londonienne préférée, fuyant le nid vide et les "couloirs de l'amour perdu" à la recherche d'une maison à soi. Ce fantasme immobilier s'avère un magnifique générateur de fictions, aussi organique et fantaisiste qu'une paire de bottes à paillettes ou un objet ancien. La romancière va fêter ses 60 ans en boîte de nuit, à Paris, où l'artiste en résidence met en pratique sa liberté et son imaginaire, avec la grâce et la légèreté qu'on lui connaît. Des pages où s'inventer une vie.

12,00
28 septembre 2021

Réfléchir à demain... dès maintenant!

Faut-il encore parler de Nature ? Les animaux ont-ils une histoire ? Comment concilier revendications sociales et luttes écologistes ? Qui décidera du monde de demain ?
Cette anthologie est un formidable « manuel de poche ». Toutes les sources de l’écologie sont ici : Darwin, Rachel Carson, Aldo Leopold, Arne Noess … Sources vives, qui, en irriguant d’autres disciplines – philosophie, sciences sociales et humaines, droit, littérature – forment ce que l’on nomme aujourd’hui « les humanités écologiques ». On trouvera donc des anthropologues, un paysagiste, un géographe, une écoféministe, un chaman, des écrivains, de toutes provenances. Un beau passage de relais pour illustrer le foisonnement d’une pensée, d'une pratique, et réfléchir à demain... dès aujourd'hui !

Frédéric

Feuillets d'usine

Folio

7,50
17 août 2021

Poète sans chaînes

Travailleur social, l'auteur entre à l'usine pour gagner sa vie. L'ennui, les nuits, les quarts, en tableaux du quotidien : les mains plongées dans les crevettes gelées, la découverte des langoustines, le test de l'égouttage du tofu, l'abattoir, la tête de veau que l'on essaie de trouver rigolo, la vache réduite à sa viande, les doigts coupés, les corps meurtris, les pauses truquées, les potes, les clopes, le management, la manipulation, la délocalisation.
C'est là que le poème offre une fuite à la ligne de production : par la réminiscence et l'invention, il transforme l'ennui en fantaisie, le désespoir en rire, la banalité en dignité, la solitude en fraternité. Pratique de la pirouette en chambre froide.

Anne-Marie

Pour en finir avec le mythe de l'Eden africain

Flammarion

21,90
30 juillet 2021

Greenwashing ?

Attention : après ce livre, les documentaires sur les immensités sauvages, l'Afrique rêvée d'"Out of Africa" et la fable du "Roi lion" auront un arrière-goût de frelaté. Cet essai très clair a le mérite rare de briser nos certitudes. Nous, puissances coloniales, avons inventé en Afrique un Éden qui n'a jamais existé. Nous avons œuvré pour qu'il puisse advenir, au mépris des droits humains, dans les colonies et jusqu'à aujourd'hui. De respectables institutions internationales, telles que l’Unesco, la FAO ou le WWF, sont les agents de cette politique, en bonne entente avec certains régimes africains.
Alliant les observations de terrain à la recherche historique, Guillaume Blanc retrace l'histoire des parcs naturels africains -en Éthiopie notamment- et en fait l'exemple même d'un paradoxe : "préserver" un lieu et en bannir ceux qui l'ont forgé. Les agro-pasteurs qui ont façonné et protégé ces paysages en sont violemment chassés : la Nature n'est belle que si l'humain en est exclu...
Au-delà de cette injustice toujours renouvelée, Guillaume Blanc reprend une interrogation brûlante aujourd'hui, formulée notamment par l’anthropologue Philippe Descola : la nature est-elle séparée de l'humain? ou bien faut-il considérer l'humain comme partie prenante de la nature? Question cruciale. A ce titre, ce livre est dérangeant et salutaire.

Frédéric