cat

Cinq matins de trop
par
26 septembre 2010

Cinq matins de trop

Un roman dérangeant !
Il est bref, incisif, aussi rapide et soudaine qu'est la déchéance du héros.
Mais comment un homme peut-il dans un espace de temps aussi restreint perdre tous ses repères et toute sa dignité ?

Je ne puis l'imaginer ...
Et pourquoi une telle violence .?
La narration de la chasse nocture aux kangourous qui s'apparent à une tuerie - non, parlons plutôt de boucherie - est insoutenable.
C'est à vomir.
Lors de cette partie de chasse, les hommes n'ont plus rien d'humain, ou pire, l'auteur veut nous rappeler que l'homme n'est qu'instint de violence vis-à-vis des plus faibles.
Un livre fort, certes, qu'il vaut mieux ne pas mettre dans les mains d'une âme sensible.
Malheureusement, je pense en être une et je regrette presque de l'avoir lu.
Il m'a laissé un goût amer.

Mauvaise fille
par
26 septembre 2010

Mauvaise fille

J'avoue mon ignorance, je ne savais rien de Justine Lévy.
Mais, quelle découverte ...
Non, je n'ai pas "dévoré" deux cents pages de "mauvaise fille" car des pauses m'ont été nécessaires pour assimiler, comprendre, réfléchir aux messages de l'auteur.

Est-ce une autobiographie ?
A la limite, je ne souhaite pas le savoir.
Dans l'affirmative, c'est la plus intimiste que j'ai jamais lue. L'auteur nous raconte les tréfonds de son âme et nous livre ses sentiments à nu.
Dans la négative, l'auteur traite les questionnements éternels de l'homme : le sens de la vie et de la mort, la succession des générations, la maladie ...

J'ai aussi été captivée par une autre facette du livre qui dénonce les dogmes qui dominent la société actuelle, lesquels dogmes sont subtilement tournés en dérision.
Ils emprisonnent l'individu dans des nomes et des modes qui tuent toute personnalité et parlons des régimes alimentaires, de la nourriture bio, des traitements médicaux, du tabac ...
En bref, un livre que j'ai adoré et que je garderai en fond de bibliothèqe.
C'est certainement la raison pour laquelle j'ai eu tant de fifficultés à exprimer mon ressenti après sa lecture.

La mise à nu des époux Ransome
par
26 septembre 2010

La mise à nu des époux Ransome

Cette matinée particulièrement pluvieuse au sein d'un été finistérien incite à la lecture ...
Néanmoins, je ne voudrais pas entamer "La mise à nu des époux Ransome" que je viens de refermer hier soir, car sa lecture n'apporterait aucun dérivatif à l'ambiance de cette journée grisâtre.

Cette histoire de couple, qui se veut humoristique et satirique, se révèle être d'une triste banalité :
- le scénario n'est pas surréaliste, il est irréaliste ;
- Les personnages ne sont pas crédibles et les deux héros sont particulièrement ineptes ;
- le style n'est pas "enlevé" ...
Bref, aucun intérêt et même pas drôle !
Ce livre m'a ennuyée, ce qui m'arrive fort rarement.

PROSCRIT (LE), roman

roman

Buchet-Chastel

par
26 septembre 2010

Le proscrit

C'est une histoire à la limite du soutenable mais universelle quant à son objet car elle traite du sujet qu'est la mal-être de l'adolescent en butte à une société dont il ne comptrend pas les règles empreintes d'hypocrisie.

Le lecteur rencontre le héros, Lewis, lorsqu'il a 7 ans : c'est un enfant "banal" pour ne pas dire "normal"mais choqué par la mort accidentelle de sa mère, à laquelle il assiste, seul et impuissant.
A compter de ce jour, tout dérape. L'incompréhension est mutuelle : il rejette les règles de la société qui l'entoure et celle-ci ne reconnaît en lui qu'un être violent, sourd à tout dialogue.
Lewis entraîne le lecteur dans sa souffrance et dans ses tourments durant la dizaine d'années qui suivent le drame de sa vie, jusqu'à lui faire partager les mutilations qu'il s'inflige secrètement.
C'est un roman lugubre quie ne "remonte pas le moral" même si l'auteur laisse pressentir une vie meilleure pour l'adulte qu'est deveniu Lewis.
Personnellement, cette fin me laisse sceptique et j'aurais préféré un épilogue plus en ligne avec la personnalité par Lewis pendant toutes ces années.
Enfin, j'ai été séduite par la manière dont l'auteur traite le sujet de la société dans laquelle évolue Lewis : une petite ville anglaise, dans les années 1950, où chacun cache ses tares mais épie son voisin ... et lorsque Lewis crève l'abcès à l'église, j'ai immédiatement fait le rapprochement avec le film "La fiancée du pirate", à voir si vous le l'avez pas déjà fait.

Courir
par
26 septembre 2010

Courir

D'emblée, je n'aurais pas choisi ce livre mais curiosité oblige, je l'ai ouvert et je l'ai lu ...
Quel ressenti ? difficile à exprimer car c'est une biographie, sans en être une ...

J'ai découvert la vie d'un robot que l'on met au point et qui, rodé, tourne à plein régime et qui, usé, est mis au rebut.
Mais il s'agit d'un homme, EMIL ZATOPEK, qui certes est un athlète, mais qui connait également des émotions, des souffrances, des joies et des déceptions ...
Comment réagit-il lorsqu'une sortie du territoire ou un visa d'entrée lui est refusé alors qu'il s'est imposé un entraînement d'enfer en vue d'une comptétion ou encore, comment vit-il les honneurs dont il est entouré et le bannissement final ?
Ne pas avoir eu de réponse à te type de questions m'a frustrrée et l'apect répétitif des descriptions des courses m'a lassée.
C'est néanmoins un livre qui ne m'a pas laissée indifférente et qui m'a donné l'envie de mieux connaître l'homme qu'était Emil Zatopek.